Infos aux clients & Voyages


Warning: Illegal string offset 'singular_post_taxonomy' in /home/clients/761a936ab1c26107490512c2c3c86a8d/web/wp-content/themes/canvas/functions/admin-functions.php on line 2812

Warning: Illegal string offset 'singular_portfolio_taxonomy' in /home/clients/761a936ab1c26107490512c2c3c86a8d/web/wp-content/themes/canvas/includes/theme-functions.php on line 819

Thaïlande : derrière la carte postale un régime militaire

poste de police à BangkokDerrière la belle carte postale de plages paradisiaques au sable fin et à l’eau turquoise se cache une réalité bien moins idyllique pour le pays. Depuis plus d’une année à présent, la Thaïlande est sous la coupe d’une junte militaire qui tient le pays d’une main de fer, inhibant toute liberté. L’Europe doit réagir fermement en exerçant une pression à différents niveaux.

Le général Prayut Chan-O-Cha a pris les commandes du pays depuis mai 2014, période à laquelle un coup d’état a renversé l’ancien gouvernement dirigé alors par le Premier ministre de l’époque Thaksin Shinawatra. D’un pays ouvert au reste du monde, force est de constater que la Thaïlande est devenue une dictature qui ne dit pas son nom.

La junte militaire actuellement aux commandes bride le pays et ses populations. Les récentes arrestations de 14 manifestants étudiants sont la parfaite illustration d’un régime dur et liberticide. 14 étudiants qui risquent 7 années d’emprisonnement, dans des conditions que l’on sait des plus difficiles, simplement pour avoir voulu protester pacifiquement contre l’absence de démocratie qui règne dans le pays depuis que l’armée a pris le pouvoir.

Désormais la Thaïlande ressemble à ces pays où il ne fait pas bon vouloir exprimer une parole différente de celle du pouvoir, presque comme en Corée du Nord même si la communauté internationale reste encore assez frileuse sur la comparaison. Car en Thaïlande à présent, impossible de former une réelle opposition politique démocratique sans risquer des peines d’emprisonnement.

Toute liberté d’expression est devenue complexe voire même risquée, la loi martiale a été décrétée soit disant pour le bien du pays. Mais c’est le peuple thaïlandais qui trinque : les médias sont contrôlés voire, pour certains journaux, fermés, les libertés civiques jugulées.

L’Europe doit agir pour rétablir la situation

Si l’Europe ne fait pour le moment pas grand-chose, elle dispose tout de même d’une certaine marge de manœuvre à ne pas négliger, économique comme politique ou diplomatique. A la manière du bras de fer aujourd’hui en cours avec la Russie, pour faire plier la junte militaire et la forcer à organiser de véritables élections démocratiques digne de ce nom, des sanctions économiques peuvent être appliquées et les négociations commerciales en cours doivent être interrompues.

Au-delà de la sphère économique, des pressions diplomatiques et politiques sont également possibles. Une suspension des visites d’officiels peut être prononcée pour resserrer encore un peu l’étau sur le régime dictatorial, tout accord politique bilatéral devant être suspendu.

En mettant ainsi la pression à différents niveaux, l’Europe peut à terme faire plier la junte militaire en la privant d’une partie de ses revenus. Une manière efficace qui permettrait alors de faire émerger une réelle opposition politique, de calmer les ardeurs du dictateur et d’installer une réelle démocratie dans un pays qui ne semble malheureusement plus beaucoup attirer l’attention de l’Occident.

http://blogs.mediapart.fr/blog/paul-ngn/100715/la-situation-en-thailande-exige-une-pression-de-leurope

, , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire