Ho Chi Minh ville hiver en 2007

Publié par Laisser un commentaire

Ho Chi Minh ville en hiver 2007

27 photos – Ces photos ont valeur historique puisqu’elles ont été prise durant l’hiver 2007, Ho Chi Minh a changé depuis, comme toute l’Asie du Sud Est change plus et plus vite que les villes de France. Elles partent de “plus loin” et comptent aller “plus loin”.

pour voir des diaporamas il suffit de cliquer sur une photo

J’ai sélectionné ici les photos les plus caractéristiques de la ville de Ho Chi Minh et triées par sujets

1 – la ville avec ses jardins, son allée centrale de plusieurs kilomètres verte où chacun se promène, les immeubles minces et hauts, quelques Vietnamiens bavardant dans la rue, la circulation qui commençait à provoquer quelques embouteillages,

2 – le marché couvert avec son beffroi caractéristique, sa cour intérieur, l’intérieur débordait de marchandises de toutes sortes tant de nourriture que de vêtements

3 – le marché extérieur proposant des légumes et fruits, des poissons préparés (épicés, séchés), la viande découpée suspendue

4 – la religion représentée par un temple chinois dont j’ai oublié le nom et une vierge, la poste et la cathédrale construite en briques par les Français, l’intérieur d’une école,

Baphûon (Angkor) tel qu’avant sa restauration

Publié par Laisser un commentaire

Baphuon_Angkor_Thom_16-08-2013Baphûon subit différents éboulements en 1945. En 1961 les travaux de restauration furent entrepris par B.Ph. Groslier non encore achevés en 1970 qui finalement pris un énorme retard du fait de la guerre que subit le Cambodge jusqu’en 1985.

Il est construit en 1060, par Udayàdityavarman, de rite brahmanique (Civa).

Le Baphûon, directement accolé à l’enceinte méridionale du Palais-Royal (1), a son gopura (2) extérieur. Il est sur le même axe que la Terrasse des Éléphants, qui est aussi celui de la tour centrale du Bayon.

Dans une enceinte de 425 m sur 125, le temple de 120 m sur 100. Sa masse, une des plus considérable, en eut fait le plus imposant s’il n’était inséré dans un espace si étroit.

Il a tant souffert de l’action de la nature et des destructions humaines qu’il n’était qu’une simple colline couverte de végétation.

C’est la première réalisation d’Angkor du type d’édifice à galeries de pierre concentriques avec tour centrale. Le temple lui-même est constitué par une haute pyramide à cinq gradins de grès qui, en plan, forme un rectangle et superpose des étages de hauteur non décroissante mais à peu près constante. La plateforme supérieure domine le sol de 24 mètres.

On distingue dans les bas-reliefs l’histoire de Ramayana avec des épisodes du Mahabharata.

Baphûon en 1961

baphuon-en 1961
baphuon-tour centrale
baphuon-vue aerienne-1961
Angkor-Glaize - livre

Baphûon rénové en 2012 et 2013

Baphuon en 2012

__________

(1) habituellement nommé Angkor Vat

(2) enceinte en forme de galerie couverte

Angkor Thom : Le Bayon 50 tours à 4 visages

Publié par Laisser un commentaire

Angkor Thom : Le Bayon 50 tours à 4 visages

11 photos – À moins d’un siècle de distance, le Bayon est l’antipode d’Angkor Vat : sa masse centrale est ramassée, dans une inextricable confusion de blocs amoncelés. De partout on peut voir ses cinquante tours à quatre visages.

Le Bayon est la traduction dans le monde des formes des spéculations d’âme d’un grand mystique, le roi bouddhiste Jayavarman VII. Les quatre visages de chaque tour regardant aux points cardinaux sont, tant qu’images du bodhisattva Lokeçvara, le signe de l’omniprésence. Leur multiplication devient la marque de la puissance du dieu roi s’étendant à l’ensemble du pays.

Par ailleurs, les tours à visages étaient des sanctuaires : de courtes description gravées sur les piédroits le prouvent, mentionnant un nombre imposant de divinités, tant brahamaniques que bouddhiques.

Deux galeries

Il est le seul temple qui possède deux galeries concentriques sculptées de bas-reliefs. Leur facture est assez frustre et souvent naïve, les bas-reliefs de ce temple, moins stylisées que ceux d’Angkor Vat, sont une source de documentation remarquable par le soin apporté à la représentation des moindres détails et les qualités d’observation dont ils témoignent : c’est à peu près la seule dont nous disposions pour nous faire une idée des mœurs et des conditions de vie de l’ancien Cambodge. Ils sont de type à registre superposés, le registre inférieur représentant pour le Khmers ignorants de lois de la perspective le premier plan, et le registre supérieur l’horizon.

Gopura

Quatre gopuras. Un gopura est une entrée dans les galeries successives. Celui par lequel on arrive par la terrasse orientale, est cruciforme, il fait partie de la troisième enceinte au milieu des piliers du gopura de troisième enceinte.

 

Thaïlande : la mauvaise réputation des touristes chinois

Publié par Laisser un commentaire

Touristes Chinois en Thaïlande

Des temples de Louxor aux hôtels parisiens, les touristes chinois ont acquis, à tort ou à raison, une solide réputation de gens aux mauvaises manières. Mais c’est peut-être en Thaïlande qu’ils sont le plus décriés. Avec près de cinq millions de touristes, la Chine représente cependant la plus importante manne financière pour la Thaïlande.

L’an dernier, certains touristes chinois ont été liés à une longue série d’incidents, photographiés ou filmés, puis répercutés sur les réseaux sociaux. Il y a eu toute une controverse à propos de l’utilisation inappropriée des toilettes à l’intérieur d’un temple bouddhique du nord de la Thaïlande. Le gérant du temple a même été jusqu’à interdire pendant une courte durée l’entrée du temple aux Chinois. Parmi les autres incidents, un Chinois qui frappe du pied une cloche dans un temple bouddhique – ce qui représente une très grave offense pour les Thaïlandais – ou encore, des demoiselles chinoises faisant sécher leurs sous-vêtements sur les sièges de l’aéroport.

Il existe un contraste assez frappant entre d’une part l’attitude culturelle en Thaïlande, qui, généralement met en avant le respect et la discrétion et, d’autre part, la décontraction bruyante des Chinois. Cela concerne souvent des atteintes à des lieux religieux, auxquelles les Thaïlandais sont très sensibles. Cela semble montrer, en outre, à quel point le bouddhisme est tombée en désuétude en Chine.

Le tourisme maintient l’économie thaïlandaise

Mais la contribution financière des touristes chinois à l’économie thaïlandaise étant significative, certaines actions ont été entreprises pour améliorer la situation. Les Chinois représentent désormais 20% des touristes en Thaïlande. Or, le tourisme est l’une des rares activités économiques qui se maintient dans le royaume. La junte thaïlandaise veut donc maintenir et même augmenter le nombre de Chinois visitant le pays, mais en limitant l’impact négatif. Parmi les mesures prises, la publication en près de 100 000 exemplaires d’une brochure distribuée aux touristes chinois, laquelle dit par exemple qu’il ne faut pas crier dans un lieu public ou qu’il faut enlever ses chaussures à l’entrée des temples bouddhiques.

Le gouvernement chinois s’est emparé du problème

Les autorités chinoises, bien conscientes du problème, ont aussi lancé des campagnes de relations publiques pour éduquer leurs citoyens sur l’étiquette à respecter lorsque l’on voyage à l’étranger. Quant aux récidivistes, ils sont l’objet d’un contrôle spécifique par Pékin. Beaucoup d’internautes chinois déplorent aussi la conduite de leurs compatriotes malpolis, lesquels, disent-ils, ne représentent qu’une minorité.

Les pays occidentaux ayant plus ou moins boycotté la Thaïlande depuis le coup d’État de l’an dernier, celle-ci s’est fortement rapprochée de la Chine. Économiquement d’abord, la Chine va construire un train à grande vitesse à travers le pays, mais aussi politiquement et même militairement, la marine thaïlandaise étant sur le point d’acheter trois sous-marins de fabrication chinoise.

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150709-thailande-chine-chinois-tourisme-mauvais/ Avec leur correspondant à Bangkok,  Arnaud Dubus

Le Grand Palais à Bangkok

Publié par Laisser un commentaire

Le Grand Palais à Bangkok

26 photos – Le Grand Palais, ceinturé par un mur long de 1900 mètres, construit en 1782, couvre 218 ooo m2. À l’intérieur de l’enceinte du Grand Palais se trouve le palais lui-même, les bureaux, la Chapelle Royale du Bouddha d’émeraude, situé près des résidences royales.

Ouvertures et visites

Il est ouvert à la visite tous les jours de 9h30 à 16h

  • billets disponibles à la vente jusqu’à 15h
  • spectacle de danse à 10h30 et à 14h
  • Dernière visite guidée à 15h15

Les ensembles résidentiels qui datent de l’époque de la fondation de Bangkok, furent les premiers édifices du Grand Palais.

Légende de Ramayana

La légende du Râmâyana est peinte sur le mur des galeries qui enserrent le temple.

 

Temple Phra Singh, Chiang Mai

Publié par Laisser un commentaire

Temple Phra Singh

que j’ai visité à maintes reprises. Je n’ai pris des photos qu’en 2008, alors que je l’ai revu plus récemment. C’est dans ce temple que j’ai acquis les amulettes talismans qui sont en vente sur ce site à un marchand spécialisé dans les articles de la pratique bouddhiste pour les croyants que sont la plupart des Thaïlandais.

Il contient un bouddha en jade. À l’entrée des fleurs pour orner les autels et offrir aux bouddhas, ainsi que de l’encens traditionnel. J’ai eu la chance d’y être au moment d’une préparation de fête où on pouvait voir 15 bouddha en cuivre préparés.

Wat Phra Singh

Wat Phra Singh est situé à l’intérieur des murs de ville, datant de 1345, ce temple est un exemple d’architecture classique du nord de la Thaïlande. Il loge le Bouddha Phra Singh, une image très vénérée, transférée ici il y a plusieurs années en provenance de Chiang Rai. Ce temple est entièrement construit en bois.

Bouddhisme à Chiang Mai dans wikipedia

wat phra singh porte principale
wat phra singh porte principale
wat phra singh porte principale, détail
wat phra singh porte principale, détail
wat phra singh détail toiture
wat phra singh détail toiture
bibliotheque wat phra singh
bibliotheque wat phra singh
bouddha principal wat phra singh
bouddha principal wat phra singh
bouddha jade wat phra singh
bouddha jade wat phra singh
wat phra singh peinture murale
wat phra singh peinture murale
wat phra singh peinture murale
wat phra singh peinture murale
Viharn Lai Kam interieur wat phra singh
Viharn Lai Kam interieur wat phra singh
15 bouddhas pour fete-wat phra singh
15 bouddhas pour fete-wat phra singh
wat phra singh fleurs entree
wat phra singh fleurs entree

Talismans : les amulettes bouddhiques

Publié par Un commentaire

Talismans ou amulettes en Thaïlande :

Généralement modelées en terre cuite, souvent si grossièrement que l’on distingue à peine les traits d’une silhouette de bouddha assis en tailleur ou debout comme celle-ci ou des amulettes plus chères les amulettes bouddhiques (phra kreuang) sont particulièrement vénérées par les Thaïs. Chez certains, cette vénération a tourné à la passion de collectionneur. Les amulettes les plus courantes ne valent que quelques euros mais certaines, bénies par des bonzes illustres et dotées de pouvoirs spéciaux, peuvent valoir plusieurs milliers d’euros. (Vous trouvez des amulettes à tous les prix sur ce site (1)).Amulette en prière métal dans étui ferméamulette bouddha inscription dans etuiAmulette Bouddha laiton étui décoré h.5cm

Beaucoup de Thaïlandais en porteront une, enchâssée dans une petite loge d’argent ou d’or, suspendu par un collier. Les plus pieux, s’il est plus superstitieux, en portent 5, 7 ou 9 toujours un nombre impair, cliquetant sur leur poitrine, d’autres ou les mêmes les suspendront au centre de leur parebrise en compagnie d’autres “décorations”, et d’autres (ou les mêmes) auront une bague…

Ces amulettes sont des sortes de porte-bonheur

on les dit investi de pouvoir magique. À l’instar des tatouages sacrés, certaines d’entre elles protégeront même des balles ou à tout le moins des accidents. En 1993, une femme avait été extirpée saine et sauve des débris d’un hôtel qui s’était effondré, une amulette d’un bonze célèbre de la province de Khorat, Luang Poh Khu, à la main. À peine la nouvelle connue, des dizaines de milliers de personnes se sont rendues dans son temple pour acquérir des amulettes miraculeuses. Après avoir distribué les amulettes consacrées, ce bonze frappe les fidèles agenouillés sur le sommet du crâne avec un rouleau de carton et les asperge d’eau lustrale.

Tous les marchés de province comptent plusieurs étals consacrés à la location des amulettes, ou les amateurs se pressent en les examinant à la loupe. Location, car il est impossible de devenir propriétaire d’une amulette bouddhique on ne peut que la louer. À Bangkok, Principal marché aux amulettes se trouve sur le quai Ta Chang, non loin du Grand palais, sur les bords du Chao Phraya. Par ailleurs de nombreux magazines spécialisés vantent les pouvoirs surnaturels de tel ou tel talisman que l’on peut se procurer par correspondance ou via Internet.

(1) les amulettes en vente sur ce site ont plusieurs provenances : marché des collectionneurs de Bangkok, temple de Chiang Mai et bénie.

Temple Phan Tao à Chiang Mai

Publié par Laisser un commentaire

Temple Phan Tao

14 photos – Ce temple Phan Tao a une particularité il est en bois, et ses chedis (stupas en Inde) sont en bambous. Ce sont comme des symboles de modestie, rien qui veuille en jeter plein la vue comme on voit ordinairement dans les temples couverts d’or. Ici c’est le symbole de ce qu’est d’abord une religion : une retenue.

Malgré tout l’autel est rehaussé par un bouddha recouvert d’or, et l’intérieur est assez semblable aux autres temples avec des colonnes elles aussi décorées d’or.

Style Khmer

L’entrée principale extérieure est d’un style Khmer, comme ce que l’on trouve à Angkor, tradition reprise sous différentes formes dans les temples thaïlandais. Il faut savoir que les Siamois ont fait partis de l’ensemble Khmer, et même s’ils en refusent l’origine, ils gardent cette influence, que dans certains musées de Thaïlande ils revendiquent comme étant de leur fait : ce seraient eux, Siamois, les créateurs et protagonistes d’Angkor. D’où les contestations incessantes de frontières de la part de la Thaïlande avec le Cambodge (Thaïlande qui de plus cacha les meurtriers et coupables de crimes contre l’humanité au Cambodge).

École de moines

Ce temple contient, comme beaucoup de temples en Thaïlande une école de moines bouddhistes, ici on peut les voir jouant gaiment.

Vers le fond du terrain du temple on remarque, au-delà d’un ruisseau, une partie garnie de fleurs où trône un bouddha couvert d’or.

Et sur un côté caché un bouddha couvert de rouge ayant une figure non commune.

Voici la galerie photos

Temple Pan On, Chiang Mai

Publié par Laisser un commentaire

Temple Pan On à Chiang Mai

7 photos – Le wat (temple en thaï) Pan On dans la ville de Chiang Mai se situe au milieu du marché du dimanche, c’est pourquoi il est beaucoup visité par les touristes et les Thaïlandais. Dans son ère on trouve ces soirs-là un énorme choix de boutiques précaires qui font des cuisines d’une variété énorme : japonaise (sushi), chinoise (canard laqué), thaïlandaise bien sûr, et aussi des jus de fruits frais, du sucré tant que du salé, présentées de toutes les manières possibles tel ceci : œufs dans des feuilles de bananiers ou cocotier :

Dans l’ère autour du temple des marchands de l’artisanat thaïlandais : vêtements, bijoux, batik, objets en bois et tout ce qu’on peut imaginer.

Mais il ne faut pas oublier que c’est un temple où s’exerce le bouddhisme. Par exemple on trouve les petites statues recouvertes des morceaux d’or qui sont offerts par les pratiquants et collés au fil du temps :

Au centre un Chedi (stupa en indien) entièrement couvert d’or. Quatre niches abritent des bouddhas. Les fidèles tournent autour du chedi accompagnés par une musique spirituelle (voir la vidéo plus bas)

Vidéos

Dans ces vidéos vous pouvez voir et entendre : l’ambiance générale, le prédicateur chanter, l’énorme choix de nourriture durant les soirs du marché du dimanche à Chiang Mai, et le temple qui côtoie le chedi.

Temple Lamchang à Chiang Mai

Publié par Laisser un commentaire

Temple Lamchang à Chiang Mai

12 photos – Le temple Lamchang est celui que j’ai le plus fréquenté. En effet ma guest house fut toujours dans le même quartier de Chiang Mai, quartier malheureusement en pleine transformation, mon quartier préféré car il était celui qui garda le plus longtemps des maisons en teck, dans lequel on voyait le mieux la vraie vie des Thaïlandais, des gargotes fréquentés par les travailleurs. Ainsi j’allais constamment dans la cour de ce temple. Mais je n’y retournerai pas : les maisons en teck ont été détruites ou transformées en hôtel pour riches, et des immeubles en béton viennent remplacer les autres espaces dont les jardins.

De plus il contient une école de moines bouddhistes. Ainsi vous pouvez voir leurs robes séchant après lavage, côtoyant une grappe grimpante de fleurs assorties oranges ! C’est là que j’ai pu prendre cette photo des moines faisant la queue pour leur nourriture.

Élèves des écoles

Des élèves des écoles venant jouer là après la sortie des classes et manger leur goûter. Cela témoigne qu’un temple fait partie de la vie des thaïlandais où la vie se passe.

Durant mon dernier voyage je me suis attaché à prendre quelques nouvelles photos du chedi qui a un éléphant à chacun de ses angles, des bouddhas (l’un mince et droit debout, l’autre plus rond assis sur une estrade devant l’école de moines), et le vieux moine avec en toile de fond les robes des moines séchant.