Médecine douce par les Occidentaux en Thaï – 2 la médecine

Publié par Laisser un commentaire

Toujours dans cette même veine du retour a la nature qui plane ici (par parenthèse la ville de Chiang Mai est très polluée) je vais vous raconter deux exemples :

A une table de plusieurs femmes et/ou jeunes filles + mecs Français, les commentaires allaient bon train sur les vaccinations. Bien sur contre. Chacune se vantait qu’elle n’avait fait aucun vaccin pour venir ici.

c’est bien connu les vaccins te file la maladie, et puis c’est très dangereux ils mettent que des saloperies la-dedans… j’ai vu des enfants malades a cause des vaccins

on meure aussi de la coqueluche par millions en Afrique par exemple, et la Tuberculose remonte en France, une des causes étant que les enfants ne sont plus vaccinés, et ils en meurent par milliers (comme quand on a colonisé l’Afrique au 19è, et que nous avons aussi importé dans l’Amérique du Sud, nous avons fait ainsi des millions de morts)

….

j’ai eu un vaccin anti-tuberculose petite et ça m’a provoquée une primo-infection, ce qui de fait me protégea de la tuberculose pour toute la vie (c’était années 1940).

Ben tu vois toi aussi t’as eu la tuberculose a cause du vaccin.

Non je n’ai pas eu la tuberculose : mon corps s’est mis naturellement à fabriquer des anti-corps en très grande quantité. On m’a simplement fait passer un mois à la Bourboule. Ma sœur infirmière travaillait a ce moment-la dans un sanatorium…

fin de la conversation.

epices sur marche
épices sur marche

Un autre jour avec d’autres gens :

je ne prends jamais de médicaments chimiques, je me soigne a l’homéopathie ou des plantes, nos grands-mères ne se soignaient qu’avec des produits naturelles

– …et les gens mourraient vers 35/40 ans, actuellement c’est plutôt vers 80 ans… la vie a doublée

Pour me soigner j’ai apporté avec moi que des huiles essentielles dans mes petites bouteilles que j’emmène toujours en voyage. D’ailleurs je vais profiter de mon séjour pour me ravitailler ici. Tiens d’ailleurs j’ai quelque chose pour toi : la cystite se soigne très bien par le santal.

(j’avais en effet à ce moment une cystite carabinée et je n’avais plus de médocs)

Moi, bonne fille, je me dis après tout pourquoi pas essayer, j’ai tellement mal. Elle m’en donne un bonne dose plus une petite réserve. Bien sur aucun effet sur la cystite ! En attendant je fis le mieux qui soit : boire de grandes quantités d’eau, ne pas aller au toilette, se retenir le maximum : grâce à cette constance ma douleur a commencée à régresser…

priorite a la securite sur chantier
priorité a la sécurité sur chantier

…Puis je finis par trouver les médocs appropries en pharmacie et lui fait un compte rendu.

oui c’est vrai que peut-être le santal n’est que pour quand t’es pas trop malade.

Moralité : la médecine douce est excellente quand on est en bonne santé, quand on est malade le mieux est l’allopathie !

femme thai avec son enfant
femme thaï avec son enfant

Ceci est un peu la suite de cet article…

Médecine douce par Occidentaux en Thaï -1 l’alimentation

Publié par Laisser un commentaire

M’entoure ici tout un tas de Français ou autres qui viennent chercher ici des “recettes” pour être bien dans sa peau, se détendre, manger sainement, se faire soigner par la médecine chinoise, etc…

A part la médecine chinoise très employée dans le quotidien des autochtones, voila longtemps qu’ils ont oublié : végétarisme, bouffe bio, méditation et massage.

Les Thaïs les gardent uniquement dans le but de se faire du fric auprès des Occidentaux, ma foi ils n’ont pas tord, chacun voit midi a sa porte. Mais les Occidentaux n’ont pas du tout conscience de cette état (c’est un peu comme les babas en Inde qui y cherchent la mystique…).

Tous les Asiatiques du sud mangent équilibré traditionnellement, sur une base de riz sous toutes ses formes (gluant, nouilles, crêpes..) ils rajoutent des légumes et une viande (poulet, poisson, œuf, porc, crevette ; éviter le bœuf qui est dur comme du bois). Mais de plus en plus d’obèses dans les rues en Thaïlande, car sans doute ceux-ci prennent le pli venu des EU de bouffer du sucre et de la graisse. Et donc maintenant on trouve des mets lyophilisés sans : “no fat”, etc..

Aussi les Asiatiques mangent à toute heure du jour, sans prêter attention à des heures précises ou un nombre de repas fixes, alors qu’en France n’importe quel médecin va vous demander si vous manger à heures régulières.

A mon arrivée a Chiang Mai je suis passé par une GH ou j’ai croisé un couple de Français qui m’ont expliqué qu’ils venaient là pour la nourriture végétarienne et la sorte d’épicerie composée de gâteaux divers, de graines, de tisanes de plantes, enfin tout un tas d’assortiment étalé sur les tables ; je lui avais demandé si a la cuisine ils passaient leur temps à faire des gâteaux.

legumes sur marche en thailande
légumes sur marché en Thaïlande
viande sur marche en thailande
viande sur marché en Thaïlande

Ce couple revenait pour la énième fois là. Très peu de temps après leur départ je n’ai pu que constater qu’une grande partie des GH proposent des menus végétariens et cette épicerie variée qui doit donc être fabriqué non pas “fait maison” (home made) comme indiqué mais plutôt dans une petite usine, et que ces restaurants et GH pullulent maintenant… les prix étant conséquents alors que normalement la viande est l’élément le plus cher dans un repas thaï traditionnel…

la deuxième partie sur la médecine est à suivre…

Malades et vieux le plus fort est le gout de voyager

Publié par Laisser un commentaire

Malades et vieux

Pire que moi existe, je l’ai rencontre hier. Elle, un peu plus de 80 ans, lui 85 est atteint d’une maladie de cœur et surtout d’un cancer généralisé, peu importe jusqu’au bout ils parcourent l’Asie.

Il y a trois ans son médecin lui laissait entendre qu’il ne lui restait plus que 6 mois, son cancer de la prostate, pris un peu tard, s’était généralisé ; cela ne l’empêcha pas de partir, comme d’habitude vers l’Asie, et surtout cette Chine qu’il aime et admire. Un peu plus tôt il avait fait un infarctus grave en Chine, dans un village perdu, puis rapatrie sur la ville la plus proche, une femme médecin chinoise l’avait veille jour et nuit, auscultant ses pouls plusieurs fois par heure elle l’avait sauve ; plus tard direction Hong Kong puis la France : aussitôt rétabli, il repartit avec sa femme.

Ils sont en pleine forme, je peux vous l’affirmer, à le voir personne n’imaginerait son état, sa tête est claire, une canne car un genoux opéré il y a peu, ils sont pleins de projets pour cette année. Il sont reste 3 mois en France cet été, ils n’ont plus de “chez eux” en France, ils vont d’amis en hôtel, leurs affaires repartis chez les uns les autres.

Voyager en Asie

Nous nous trouvons d’accord sur bien des points, la Chine est leur point de mire, un peu comme moi, sauf qu’ils l’ont fréquente souvent dans de longues périodes ; ils me décrivent les Chinois chaleureux et cultives, bien plus que les Thaï, ils seraient prêts a m’entrainer sur ces routes, pour l’instant j’ai un autre projet (Na Trang), on verra plus tard.

Comme moi ils se moquent des Occidentaux “illuminés” adeptes d’un bouddhisme qui n’existe pas, comme moi ils disent que Bouddha est déifié par les Asiatiques ; comme moi ils se moquent des adeptes de médecines douces, comme moi ils pensent que les drogues fiers de leurs achats sont fous de risquer 20 ans de tôle quand ils ne meurent pas d’overdose sur place ; comme moi ils ont choisi de ne pas aller en Inde.

Autodidacte comme moi, épris de justice, nous nous sommes guides dans nos recherches et lectures selon notre curiosité notre avidité de comprendre les autres cultures, d’observer les différences et les constantes de l’Humain partout sur la planète. Un “instruit” classique a été mis sur des rails des l’adolescence et il ne les quitte pas ; ses maitres lui ont donne des bases qu’il garde siennes, alors que l’autodidacte est libre d’aller ou bon lui semble dans ses apprentissages, au gré de son désir.

Et même si nos routes diverges, nous resterons en contact, je pense à elle qui bientôt sera seule ; comme moi aussi des enfants qui jugent, qui ne prennent plus de nouvelles, qui s’en foutent si en vie ou mort…

Se soigner en Asie…les dents, la peau, les yeux

Publié par Laisser un commentaire

Les dents

Les dentistes Français sont nullissimes et je sais de quoi je cause moi qui par leur faute n’ai plus beaucoup de dents, je viens d’en avoir encore la confirmation depuis quelques mois.

Ayant mal à une dent du bas en juillet, je prends rendez-vous – en France – pour 3 ou 4 semaines plus tard…pas de disponibilité avant !

Je dis au dentiste à quelle dent j’ai mal, il regarde :
– vous n’avez rien
– mais j’ai mal
– mais vous n’avez rien…
je reste fermement assise dans son fauteuil décidée à y rester tant qu’il ne m’aura pas soigné. Résigné il se décide à faire une radio…la carie était bien avancée au point qu’il a du la dévitaliser
Avant de le quitter je lui demande de regarder toute ma bouche :
– tout va bien

Il me donne un autre rendez-vous auquel je n’irai pas.

Arrivée en Thaïlande deux mois plus tard, je prends un rendez-vous dans un hôpital Adventiste “rayon” dentiste. On m’ausculte… pleins de dents ne vont pas ! On me donne un autre rendez-vous pour le lendemain pour une incisive. Je suis restée 2 fois 1 heure pour les soins à cette incisive (dévitalisation, pivot) pour laquelle on m’a demandé si je “voulais la garder, car elle va casser bientôt“…l’incisive d’à côté ne va pas bien non plus mais en moins grave, soins aussi, et toutes les dents du bas qui me restent sont atteintes pas la carie aussi… le dentiste Français était un con dangereux…

J’ai tout expliqué au dentiste Thaï ma colère contre les dentistes Français, que deux mois plus tôt un des leur m’avait affirmé que tout était sain dans ma bouche…le résultat c’est que par leur faute me voilà avec deux appareils dentaires…

entree hopital adventiste bangkok
entree hopital adventiste bangkok
hopital adventiste bangkok
hopital adventiste bangkok
entrée cabinet dentiste Vitenam
entrée cabinet dentiste Vitenam

intérieur cabinet dentitste vietnam

la dentiste vietnam
la dentiste vietnam
le dentiste vietnam
le dentiste vietnam
motobyke m'attend vietnam
motobyke m’attend vietnam
sourire avec dent
sourire avec dents

 

La Peau

J’ai aussi été voir la dermato pour enlever les trucs séborrhéiques horribles hérités de ma mère et qui démangent… à l’électricité, garder le pansement 3 jours (même sous la douche) changer ensuite le pansement 2 fois par jour avec une crème antibiotique (sous les tropiques humides tout s’infecte plus vite et se cicatrise plus lentement).

Complément à l’histoire :

Au Viêt-Nam une Belge à qui j’expliquais que je n’avais presque plus de dents m’insulta :
– forcément les Français ne se lavent pas les dents
je lui avais avait répondu qu’il peut aussi y avoir des raisons de santé générale :
– née à Paris en décembre 41 j’eus la chance que ma mère me nourrit 8 mois, car nous n’avions rien à manger et des tickets de rationnement jusque dans les années 50, de plus j’ai 10 ans d’anorexie à mon actif qui n’ont pas du arranger les choses…
Je rajoute ce quoi j’ai omis de dire ce jour-là :
mais surtout les dentistes Français sont des nuls dangereux.

Les yeux

Je refais faire aussi des lunettes : les opticiens Thaï sont meilleurs que les Vietnamiens qui étaient plutôt intéressés pas la vente de lunettes le plus chers possible, ici je vais avoir une révision plus précise de ma vue et 2 paires de lunettes comme je voulais :

  • une anti-reflex pour la politesse quand on parle à quelqu’un
  • et une solaire pour conduire en particulier

pour 300 € (myope, astigmate, presbyte) en France une paire de lunettes me coûtent plus de 600 €.

Moeurs et vie quotidienne d’un Thaïlandais

Publié par Laisser un commentaire

Vie quotidienne d’un Thaïlandais

Pour compléter le billet précédent, il me semble utile de décrire la vie quotidienne pratique d’un Thaïlandais, ses mœurs, sa manière d’être à l’autre (avec quelques comparaisons) :

  1. peu de différence entre le dedans et le dehors, ils sont chez eux autant dehors que dedans, c’est pourquoi le lieu d’habitation a moins d’importance que pour nous. Ils sont souvent dehors discutant, autour d’un plat (riz gluant, viande/poisson cuit au charbon de bois, légumes verts crus, ou une soupe, ou du riz garni d’une viande/poisson saucée-épicée) ou d’un verre de bière avec de la glace ou d’alcool à 35° étendu d’eau et de glace, ou ils s’arrêtent pour parler avec les voisins alentours, debout dans la rue par groupe, toujours gais, ce qui fait que les quartiers et les rues sont toujours vivants (sauf dans le quartier sud Silom où sont les tours)
  2. l’équilibre alimentaire naturel est en cours de changement, influencé par la nourriture américaine qu’ils fantasment (sodas, sucreries, chips, hot dog) et la minceur naturelle se transforme en obésité des jeunes
  3. la moyenne de l’âge de la mortalité est presque identique à celle de la France (79 ans)
  4. ils se déplacent toujours lentement (chaleur oblige), marcher vite serait dangereux pour la santé, ils doivent le savoir instinctivement
  5. leur perception de la température comporte peu d’amplitude : ils ont froid sous 30 ° et mettent une veste de coton, trop chaud à 35 ° = 5° d’amplitude (nous supportons en France entre 28°>-5° = 33° d’amplitude)
  6. la différence est totalement intégrée : beaucoup de transsexuels (maquillés, habillés en femme avec talons ou pas, mettant une poitrine en valeur ou pas), des vieux boitant ou tordus mais actifs, des débiles légers ou dérangés mentalement, toute cette différence humaine est intégrée à la vie quotidienne, chacun étant comme il est ou veut être, mêlés les uns aux autres naturellement, le débile est pris en compte, s’il dérange on lui fait comprendre gentiment, le vieux laisse indifférent autant qu’un jeune ou un trans.
  7. on ne crie jamais en Thaïlande, ce serait se déconsidérer, un désaccord se résout rapidement en insistant doucement juste une fois suffit, toujours avec le sourire et détendu (alors que chez nous il faut crier et insister lourdement pour se faire enfin entendre) ; les Occidentaux qui le font sont jugés ridicules, grossiers, méprisés par les Thaïlandais (partout en Asie du Sud-Est)
  8. aucune manifestation d’attachement affectif sentimental pour un couple, mais des ami/e/s se tiennent par la main, le sourire se décline selon l’attachement (juste poli ou intense), les deux mains devant la figure pour dire bonjour se fait pour celui que l’on respecte (à la hauteur des yeux pour la haute considération, avec une inclination du corps)
  9. les Thaïlandais sont naturellement réservés d’apparence, à ne pas confondre avec une indifférence (ils sont très émotifs), il suffit d’observer la mobilité du visage qui en dit long, pas d’hypocrisie, le respect de l’autre toujours, constant ; et ils sont patients avec tous ces touristes laids, grossiers, criants, démonstratifs dans les rues, ils en voient vraiment de toutes les couleurs, ils doivent se protéger pour résister et se préserver.
  10. l’entraide familiale est naturelle (une jeune fille faisant des études et travaillant pour les payer aide sa mère à arracher les légumes par ex. et si elle travaille le patron l’accepte)
  11. les fonctionnaires travaillent 8 heures par jour 5 jours/7
  12. les autres n’ont pas vraiment de jour de congé, bien que le dimanche soit en activité ralentie
  13. ils fêtent leurs fêtes traditionnelles + les nôtres
  14. ils ont presque divinisé leur roi… et tous les Thaïlandais ont peur de sa mort (moi aussi), ils pensent que le fils (qui ne s’est jamais intéressé à la vie de son pays) ne sera jamais roi ; ce roi qui a été élevé en Suisse a apporté la notion de démocratie, de progrès social propre à l’Occident, on en voit les grandes différences avec le Vietnam par ex. ; c’est grâce à lui que l’instabilité politique et les dictatures militaires n’ont pas fait trop de mal au pays et ses habitants. On s’attend à de grandes manifestations de tristesses et à des luttes politiques intenses, le tout dans les rues.
  15. précision sur la pollution : Bangkok (10 millions d’habitants) et Chiang Mai, qui est dans une cuvette entourée de montagnes, (1,3 millions d’actifs dans la journée) sont très pollués (pas sales : un papier/objet jeté dans la rue est digne d’une contravention de 2000 Bahts), Paris parait avoir de l’air pur à côté (il paraitrait que c’est bien pire en Inde), les sacs plastiques sont généreusement utilisés dans le quotidien.
    tomates et épices à vendre dans un marché Bangkok
    tomates et épices à vendre dans un marché Bangkok

    dans un marché chat étalé
    dans un marché chat étalé

Pas de fric pour se chauffer et encore la santé ? on se barre

Publié par Laisser un commentaire

Que fait-on quand on n’a pas de fric pour se chauffer et encore la santé ? on se barre

Il fait froid, la nuit gelée, le soir et le matin peu au-dessus de 0°, la journée autour de 10°, et pas les moyens financiers de payer un chauffage correct, conclusion je m’envole pour les tropiques.

J’ai passé un hiver ici, j’ai chauffé avec le chauffage réputéle moins cher, le bois qui abonde ici, dans un insert. Mais le hic est que la maison n’a aucune isolation, alors je chauffe aussi dehors, j’ai du acheter environ 12 stères (=3 cordes) pour les mois les plus froids (novembre à mars) et un complément pour les mois intermédiaires (sept, oct, avril), sans compter les soirées fraiches des mois dits d’été… enfin j’ai charrier le tout à bras pour le stocker, rentrer les bûches pour la journee dans la maison une ou deux fois (enfin ça fait les muscles) selon la température extérieure, et le prix ? ben renseignez-vous et vous saurez qu’une stère coute selon la qualité du bois entre 50 et 100 € et chauffe en conséquence !

Sans compter que ça ne chauffe que le séjour (péniblement 20° après 3 heures d’allumage), le matin au levé il fait 8° dans la chambre, la journée idem dans la salle d’eau et la cuisine, alors quand j’en peux plus d’avoir 3 pulls et 2 pantalons je complète par le pétrole et l’électricité…

Je me barre

Alors je me barre. J’ai acheté un aller (pas les moyens d’acheter l’aller/retour) ainsi je choisirai la date de mon retour. Mon programme :

  • train vers Paris mardi où je suis accueillie 2 nuits chez des amis connus à Chiang Mai
  • envole jeudi pour Bangkok
  • réservation de “ma” GH Taewez à  Bangkok pour 250 bahts par jour, j’y reste 1 mois (temps possible sans visa)
  • pour prouver ma sortie de Thaïlande à l’arrivée j’ai pris mon billet d’avion BGK>HCM sur Air Asia
  • je reste le moins longtemps possible à Ho Chi Minh aux chambres chères et souvent sales (bon je vais pas dans les 3 ètoiles)
  • puis je vais rejoindre une copine fixée à Nha Trang qui m’a réservée un chambre au choix 5 USD ou 8 USD selon le confort…
  • et je reste là  pour me refaire une santé financière (faut que j’y attende le versement de ma retraite du 1er trim) et me remonter le moral par la même occasion…

Donc vous aller m’avoir en direct dans pas longtemps : actuellement je remplis ce blog de toutes les photos de l’année dernière…

A Bangkok j’achèterai le visa pour le Vietnam qui y est un peu moins cher qu’en France, une des chances d’être ex-colonialiste est qu’on peut y rester longtemps… je sais pas si je reviendrai en France, ce sera selon…

Bénéfices d’un séjour d’oct 07 à mars 08 en ASE

Publié par Laisser un commentaire

Grace à ce séjour : Je vais mieux. Allais-je mal avant ? pas vraiment

J’avais envie d’appeler cet article : “A tous les déçus que j’aille bien et qui me fréquentaient parce qu’ils croyaient que j’allais mal, et n’ont jamais pensé que, simplement, j’ai toujours rebondi dans la vie comme un chat, et à ceux qui m’insultent par une jalousie mal appréciée !” mais c’était un peu long ! en plus court j’aurais aussi pu écrire : “leçons de vie

Au sortir de chez mon médecin hier j’avais envie de sauter de joie :

  • tension 12/8, avant 14/8 : le petit effet de l’âge sur la montée de la tension a disparue
  • perte de mes quelques kilos superflus (4 ou 5 kg)
  • suppression d’un tas de médicaments inutiles

Durant ce voyage-séjour de 6 mois non seulement je n’ai pas été malade de quoi que ce soit (je ne compte pas l’accident comme une maladie) mais en plus ma santé morale et physique s’est améliorée.

Annie plage Mui Ne 12 2007
Annie plage Mui Ne 12 2007

Bénéfices Physique

  • Je sens moins mon âge dans mes os et mes muscles. La petite perte de poids me redonne une souplesse disparue, monter dans mon grenier en escaladant les poudres tout en me pliant en deux ne me parait plus aussi insurmontable que l’hiver précédent ; j’ai réorganisé mes deux pièces en déplaçant les meubles sans trop d’effort, le résultat en est plus plaisant et surtout plus pratique ; la conséquence en est que passer l’aspirateur est moins difficile, pour une qui déteste faire le ménage, et puis disparition définitive des poils du chien !
  • Je me déplace plus facilement (à pied) – pas en promenade – dans les actes de la vie quotidienne, la perte de poids a repris un cercle vertueux.

Quand même un petit point négatif : revoir mon visage et mon corps dans le miroir familier n’est pas positif, les rides et les cheveux gris indiquent une prise en âge incontournable, le temps passe, et dans notre civilisation occidentale qui prône la jeunesse éternelle…pas comme en Asie où je bénéficiais de plus d’estime et de considération…

Bénéfices Moral

  • Le jour même de mon retour – jeudi 3 avril milieu de l’après-midi – j’ai sauté sur ce qui m’avait le plus manqué : travailler ; j’ai mis en vente le plus d’objets possible, sans faillir j’ai continué les jours suivants ; pour me renflouer en stock, j’ai chiné dans une brocante le dimanche 6. Mon agenda se remplit des prochaines dates des vides-greniers.
  • Le temps pluvieux et froid m’est pour ainsi dire indifférent puisque je n’ai pas derrière moi 6 mois d’hiver, plutôt le printemps et l’été devant, et je suis assez insensible à la dégringolade de 40° à 0°, sauf que je consomme du bois…
  • Mon ex-chienne, que j’ai donné avant de partir, non seulement ne me manque pas et même la disparition de la contrainte quotidienne de sa demande perpétuelle d’attention me soulage; j’ai acheté deux oiseaux Mandarins à la place…je ne sais ce qu’il en sera d’eux à ma prochaine absence, je verrai bien… ; mes plantes vertes d’intérieur sont mortes – évidemment – j’ai racheté quelques fleurs simples dont des cactées…on verra bien pour leur survie…
  • Surtout j’ai repris possession de mon “destin”, il ne me domine plus comme avant. J’ai pris conscience qu’à chaque âge et dans quelques situations économiques que ce soit – pourtant la vie me l’avait déjà appris – on peut garder la liberté de faire et d’être
  • Je n’ai qu’une envie repartir l’hiver prochain, reste maintenant à en trouver les modalités et surtout les pays et/ou continent, je ne sais s’ils seront les mêmes ou non un premier bilan a été fait là …