Début de la diffusion du Bouddha par Açoka, empereur indien

Publié par Laisser un commentaire

La diffusion du Bouddha commence véritablement avec Açoka empereur maurya

le premier souverain à se convertir. Il décide d’établir un dharma, une loi temporelle inspirée de la loi divine et de faire en sorte que l’ordre humain soit en harmonie avec l’ordre cosmique. Son règne est un âge d’or, pour les bouddhistes un modèle politique. Tout en tolérant les autres religions, il aurait entretenu 64 ooo moines bâtissant monastères et reliquaires. Il est à la fois un conquérant, l’incarnation du souverain bouddhiste idéal et le grand propagateur de la foi. Il patronne un concile, le troisième, qui tente, déjà de clarifier la situation doctrinale : la Samgha, la communauté, est alors divisée en 18 écoles.

bouddha avec dragon temple a chiang mai
bouddha avec dragon temple a chiang mai

Açoka envoie mission sur mission pour convertir d’autres souverains : Antiochos II de Syrie, Ptolémée II d’Égypte, Magas de Cyrène, Antigone Gonatas de Macédoine, Alexandre II d’Épire, partout à travers le monde hellénique, dont lui Açoka est aussi l’héritier. Malgré tout la culture du monde méditerranéen ignorera le bouddhisme et ses idées pendant un temps incroyablement long.

Après cette impulsion, doté du double soutien d’un État puissant et d’une organisation monastique efficace, le bouddhisme emprunte une voie qui le mènera au nord dans les royaumes de Bactriane et de Sogdiane et au sud dans le royaume de Ceylan. Ces deux régions seront bientôt des centres de diffusion de la doctrine et de l’art bouddhique.

Si une tradition veut que des missionnaires d’Açoka

soient parvenu en Birmanie et en Thaïlande, c’est cependant Ceylan qui devient un des hauts lieux du bouddhisme comme elle est le point de jonction des routes de l’Orient et de l’Occident. De plus, la monarchie cinghalaise a une chronique historique qui retrace l’histoire du bouddhisme dans l’île et ses rapports avec le monde extérieur.

bouddha temple chiang man
bouddha temple chiang man

Mahinda, fils d’Açoka, vient lui-même prêcher sur l’île. Sa prédication reçoit un tel succès que bientôt le roi et le peuple se convertissent et que se crée un ordre monastique actif. Ceylan était déjà en contact étroit avec Pataliputra, capitale des Maurya ; les liens des deux royaumes se resserrent encore. Mieux une ambassade cinghalaise demande maintenant à Açoka d’envoyer sa fille Sangamitta Theri pour établir sur l’île un ordre de nonnes, équivalent féminin de l’ordre des bhiksus, les moines mendiants, né après le passage de Mahinda.

Extrait de : La route de la soie, Edith et François-Bernard Huyghe, Payot

Retour de Thaïlande : les achats faits

Publié par Laisser un commentaire

Retour de Thaïlande : les achats faits

Avion_F-1_Favorit_Ryabtsev_2007
Un peu K.O. par les 2 jours d’avion, le décalage horaire de 7 heures (il faut un jour par heure de décalage pour se réadapter) et l’énorme différence de climat : 35° (en France 0° cette nuit) et la saison des pluies (qui tombe par seaux) en Thaïlande.

 des tas de nouveautés à venir

achats envoyés par la Poste thaïlandaise :

  • une partie par avion (3 semaines d’attente) : je les ai sélectionnés en fonction de ce qui peut plaire pour les cadeaux de fin d’année, ou pour les vêtements et bijoux qui sont choisis pour se vêtir durant ces fêtes.

la plus grosse partie des achats par bateau (3 mois d’attente).

Cette année mes choix se sont plus portés sur :

  • Bijoux fantaisies : boucles d’oreilles, colliers, bracelets, décoration pour les cheveux qui pour certains viennent d’Inde.
  • Tentures murales de différentes tailles et styles
  • Sarongs et batiks : les tissus qui sont enroulés à la taille dessins traditionnels
  • Sarouels : donc des pantalons “bouffants” dont certains viennent du Népal, et des jupes de couleurs vives
  • Foulards et écharpes : coton, soie, cachemire
  • Sacs en tissu brodé : des toutes les tailles depuis la bourse jusqu’au cabas fourre-tout, tous en coton
  • Encens traditionnel : celui que les Thaïlandais mettent sur les autels dans les temples ou chez eux ; et aussi des encens d’Inde (Champa) ou du Népal
  • Baguettes à riz : en bois clair et bois foncé
  • Oiseaux en céramique et enfants qui s’accrochent sur des fils ou peuvent être posés sur des meubles
  • …et d’autres choses encore.

En attendant paraitra quand même des nouveautés car j’ai en réserve quelques produits non encore publiés.

Chers clients : merci pour vos commandes durant mon absence ; j’avais prévu de les faire partir ce jour 13 octobre, il est possible qu’elles ne partent que demain 14 octobre, veuillez m’excuser pour ce léger retard.

Concernant les demandes particulières j’ai pu en satisfaire certaines et pas d’autres (je vous répondrai en particulier).

Mes résines sont artisanales

Publié par Laisser un commentaire

Toutes mes résines sont artisanales et proviennent de Chiangmai Resin, leurs produits sont en Polyrésine

95% des produits sont à l’exportation, Ils ne vendent qu’en gros.

Ils ont 30-50 travailleurs en fonction de la saison.

tous leurs modèles sont créés par eux et fabriqués main

Leur société est créé depuis 2000.

บริษัทเชียงใหม่เรซิ่น เป็นผู้ผลิตสินค้าจากเรซิ่น สินค้าเกือบทั้งหมดส่งออกไปยังต่างประเทศ เราเป็นบริษัทเล็กๆมีคนงานระหว่าง 30-50คนเท่านั้น จำนวนคนงานขึ้นอยู่กับจำนวนงานของแต่ละช่วงเวลา
บริษัทเรายังรับทำตามรูปแบบของลูกค้าตามที่ลูกค้าต้องการ

Chiangmai Résine Est un fabricant de résine. Presque tous les produits exportés vers les pays étrangers. Nous sommes une petite entreprise avec les travailleurs variant entre 30 et 50 personnes. Le nombre de travailleurs est en fonction de la charge de travail de chaque période.

fabrique de résine à Chiang Mai
fabrique de résine à Chiang Mai
atelier de résine à Chiang Mai
atelier de résine à Chiang Mai
magasin de résine à Chiang Mai
magasin de résine à Chiang Mai

http://chiangmairesin.com/index.php

 

Moeurs et vie quotidienne d’un Thaïlandais

Publié par Laisser un commentaire

Vie quotidienne d’un Thaïlandais

Pour compléter le billet précédent, il me semble utile de décrire la vie quotidienne pratique d’un Thaïlandais, ses mœurs, sa manière d’être à l’autre (avec quelques comparaisons) :

  1. peu de différence entre le dedans et le dehors, ils sont chez eux autant dehors que dedans, c’est pourquoi le lieu d’habitation a moins d’importance que pour nous. Ils sont souvent dehors discutant, autour d’un plat (riz gluant, viande/poisson cuit au charbon de bois, légumes verts crus, ou une soupe, ou du riz garni d’une viande/poisson saucée-épicée) ou d’un verre de bière avec de la glace ou d’alcool à 35° étendu d’eau et de glace, ou ils s’arrêtent pour parler avec les voisins alentours, debout dans la rue par groupe, toujours gais, ce qui fait que les quartiers et les rues sont toujours vivants (sauf dans le quartier sud Silom où sont les tours)
  2. l’équilibre alimentaire naturel est en cours de changement, influencé par la nourriture américaine qu’ils fantasment (sodas, sucreries, chips, hot dog) et la minceur naturelle se transforme en obésité des jeunes
  3. la moyenne de l’âge de la mortalité est presque identique à celle de la France (79 ans)
  4. ils se déplacent toujours lentement (chaleur oblige), marcher vite serait dangereux pour la santé, ils doivent le savoir instinctivement
  5. leur perception de la température comporte peu d’amplitude : ils ont froid sous 30 ° et mettent une veste de coton, trop chaud à 35 ° = 5° d’amplitude (nous supportons en France entre 28°>-5° = 33° d’amplitude)
  6. la différence est totalement intégrée : beaucoup de transsexuels (maquillés, habillés en femme avec talons ou pas, mettant une poitrine en valeur ou pas), des vieux boitant ou tordus mais actifs, des débiles légers ou dérangés mentalement, toute cette différence humaine est intégrée à la vie quotidienne, chacun étant comme il est ou veut être, mêlés les uns aux autres naturellement, le débile est pris en compte, s’il dérange on lui fait comprendre gentiment, le vieux laisse indifférent autant qu’un jeune ou un trans.
  7. on ne crie jamais en Thaïlande, ce serait se déconsidérer, un désaccord se résout rapidement en insistant doucement juste une fois suffit, toujours avec le sourire et détendu (alors que chez nous il faut crier et insister lourdement pour se faire enfin entendre) ; les Occidentaux qui le font sont jugés ridicules, grossiers, méprisés par les Thaïlandais (partout en Asie du Sud-Est)
  8. aucune manifestation d’attachement affectif sentimental pour un couple, mais des ami/e/s se tiennent par la main, le sourire se décline selon l’attachement (juste poli ou intense), les deux mains devant la figure pour dire bonjour se fait pour celui que l’on respecte (à la hauteur des yeux pour la haute considération, avec une inclination du corps)
  9. les Thaïlandais sont naturellement réservés d’apparence, à ne pas confondre avec une indifférence (ils sont très émotifs), il suffit d’observer la mobilité du visage qui en dit long, pas d’hypocrisie, le respect de l’autre toujours, constant ; et ils sont patients avec tous ces touristes laids, grossiers, criants, démonstratifs dans les rues, ils en voient vraiment de toutes les couleurs, ils doivent se protéger pour résister et se préserver.
  10. l’entraide familiale est naturelle (une jeune fille faisant des études et travaillant pour les payer aide sa mère à arracher les légumes par ex. et si elle travaille le patron l’accepte)
  11. les fonctionnaires travaillent 8 heures par jour 5 jours/7
  12. les autres n’ont pas vraiment de jour de congé, bien que le dimanche soit en activité ralentie
  13. ils fêtent leurs fêtes traditionnelles + les nôtres
  14. ils ont presque divinisé leur roi… et tous les Thaïlandais ont peur de sa mort (moi aussi), ils pensent que le fils (qui ne s’est jamais intéressé à la vie de son pays) ne sera jamais roi ; ce roi qui a été élevé en Suisse a apporté la notion de démocratie, de progrès social propre à l’Occident, on en voit les grandes différences avec le Vietnam par ex. ; c’est grâce à lui que l’instabilité politique et les dictatures militaires n’ont pas fait trop de mal au pays et ses habitants. On s’attend à de grandes manifestations de tristesses et à des luttes politiques intenses, le tout dans les rues.
  15. précision sur la pollution : Bangkok (10 millions d’habitants) et Chiang Mai, qui est dans une cuvette entourée de montagnes, (1,3 millions d’actifs dans la journée) sont très pollués (pas sales : un papier/objet jeté dans la rue est digne d’une contravention de 2000 Bahts), Paris parait avoir de l’air pur à côté (il paraitrait que c’est bien pire en Inde), les sacs plastiques sont généreusement utilisés dans le quotidien.
    tomates et épices à vendre dans un marché Bangkok
    tomates et épices à vendre dans un marché Bangkok

    dans un marché chat étalé
    dans un marché chat étalé

Angkor Vat dédié à Vishnou face à l’Ouest

Publié par Laisser un commentaire

Angkor Vat dédié à Vishnou face à l’Ouest

26 photos – Angkor Vat, temple principal du site d’Angkor, édifié au 12è siècle, par Sûryavarman II, ouvert à l’ouest, est entouré de douves et de quatre galeries enceintes qui conduisent à la tour centrale où figurait l’image de Vishnou (Vishnu).

A l’origine hindouiste, il devient bouddhiste au XVIè siècle. Il forme un rectangle d’environ 1 500 m x 1 300 (superficie de 200 hectares) qui comprend son encadrement de bassins-fossés larges de 190 m. C’est le plus grand ensemble monumental du groupe d’Angkor.

Cette orientation Ouest,

contraire à celle des autre monuments d’Angkor implantés face au soleil levant, n’a pas manqué de soulever maintes controverses. Construit au Sud de la capitale (Angkor Thom), Angkor Vat se trouvait compris dans le quart Sud Est de l’ancienne ville d’Angkor (Yaçodharapura) qui s’étendait entre la rivière Siemrèap à l’Est et la digue du Baray à l’Ouest. Destiné à servir de temple funéraire, son orientation Ouest correspond à celle des temples funéraires indo-javanais, en opposition à celle des sanctuaires dédiés aux divinités.

Les galeries à bas-reliefs représentant des défilés, la procession rituelle se fait en gardant le monument à sa gauche. Ce temple dédié à Vishnou, associé à l’Ouest, devait naturellement adopter cette nouvelle orientation.

Angkor Vat, isolé de la forêt par ses douves,

est, de tout les monuments du groupe, le mieux placé pour échapper à l’envahissement par la grande végétation, et par la suite par la ruine. Resté de tout temps un lieu de pèlerinage pour les Khmers, il n’a cessé d’abriter à l’intérieur de son enceinte, après l’instauration du bouddhisme du Petit Véhicule, des pagodes. Ainsi Angkor Vat est le plus vaste et surtout le mieux conservé. Il est aussi le plus imposant par son caractère de grande composition architecturale comparable aux plus belles créations humaines du monde entier. Ce temple est celui qui, pour notre conception latine basée sur l’unité et l’ordre classique, est le plus facile d’abord et de compréhension pour nous Occidentaux.

Vous pouvez voir ici le temple, les bas-reliefs qui courent sur 1 km carré de 2 mètres de hauteur dans la galerie (gopura) qui entourent le temple sont visibles dans un autre billet.

Toutes les photos ont été prises en décembre 2007