Hong-Kong : les anti-occupy imbéciles !

Publié par Laisser un commentaire

Il s’est passé ici quelque chose d’assez drôle. Un groupe d’anti-Occupy (même si le mouvement s’appelle maintenant ‘Umbrella revolution’, puisqu’il déborde de loin le premier mouvement ‘Occupy Central with Love and Peace’ organisé par des universitaires, ceux qui sont contre s’appellent eux-mêmes encore ‘anti-Occupy Central’) sont venus manifester à la Chinese University pour demander la démission du patron de l’université.

Il s’agit de Joseph Sung, un médecin qui a joué un rôle important pendant l’épidémie de SRAS et que TOUT LE MONDE respecte et aime (c’est un très bon calligraphe en plus).

Or, le titre des patrons d’université à Hong Kong est ‘vice-chancelor’, celui de ‘chancelor’ étant un titre honorifique réservé au chief executive (et au gouverneur pendant l’époque coloniale). Ces abrutis d’anti-Occupy, montrant bien le niveau d’ignorance et d’imbécilité général qui règne dans leurs rangs, exigeaient la démission du ‘chancelor’ de l’université. Ils étaient entourés d’un énorme groupe d’étudiants qui ont tout de suite approuvé, applaudissant bruyamment à l’idée que CY Leung (Leung Chun-ying) démissionne de son poste. Ne comprenant pas la gaffe qu’ils venaient de faire, les anti-Occupy étaient très contents, et un peu surpris, de se voir approuvés par ceux qu’ils prenaient pour des ennemis. Très désolé d’avoir loupé ça ! le campus est immense, mais c’est passé sur Facebook.occupy hong-kong

Il y a une semaine des fuites ont révélé que CY Leung avait reçu d’énormes pots-de-vin d’une firme australienne. Bien sûr il s’en défend en essayant de montrer que tout est très légal (le conseil législatif vient de rejeter la possibilité d’une enquête, les fumiers !). Mais tout le monde pense que cette ‘fuite’ a été provoquée par Pékin, ça leur permettrait de lui demander de partir en sauvant la face : s’il est corrompu, c’est exactement le genre de personnes que Xi Jinping veut pourchasser, et le parti communiste pourra satisfaire au moins une demande des manifestants sans avoir aucune raison de vraiment parler de démocratie.

Ma crainte : s’ils arrivent à faire partir CY Leung de cette façon et que les manifestations continuent (et comme le problème est bien plus grave que CY Leung : son départ ne résoudra ni le problème de la démocratie, ni celui structurel du choix d’une économie purement néolibérale qui a créé tant d’inégalités et de souffrances ici), ça pourrait aussi donner à Pékin une excuse pour faire intervenir l’armée populaire de libération. Et si cela arrive, ce sera Tiananmen à nouveau. Mais j’anticipe et je noircis : s’ils font ça, c’en sera fini de Hong Kong et de tous les immenses avantages que l’ancienne colonie pourvoit à la Chine en général et à ses milliers de fonctionnaires corrompus.

Autrement, aucune accalmie entre la police et les manifestants, la police recommence à utiliser les ‘pepper spray’, à tabasser et à arrêter n’importe qui (ils ont même arrêté une journaliste américaine de Fox News qui prenaient des photos debout sur une voiture ; honnêtement, connaissant Fox News et leur position politique, ça appartient à l’une des pires personnes du monde, Rupert Murdoch, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire).

Peut-être un petit petit espoir : le gouvernement a accepté de s’asseoir et discuter avec les manifestants. Ils ont demandé un médiateur qui est le représentant de tous les vice-chancelor des universités. On verra, mais la dernière fois que le gouvernement a accepté de parler, ils ont tout de suite rompu leur promesse et ont reporté à une autre fois. Impossible de leur faire confiance, et de toute façon ils ont déjà annoncé que le ‘framework’ défini par le ‘National Party’s Congress Standing Committee’. Aucun véritable espoir donc.

Frank Vigneron sur le blog de Paul Jorion

Hong Kong: les autorités fixent l’ultimatum à lundi

Publié par Laisser un commentaire

Les activistes pro-démocratie de Hong Kong ont jusqu’à lundi pour se disperser ; sinon, les forces de l’ordre interviendront. C’est le dernier utimatum envoyé aux manifestants par Leung Chun-ying, à la tête de l’exécutif local, lors d’une intervention télévisée. Si les étudiants n’obéissent pas, les autorités prendront alors « toutes les mesures nécessaires », a-t-il menacé.

Les manifestants semblaient dimanche toujours aussi déterminés, après deux journées d’affrontements avec des contre-manifestants, certains soupçonnés d’être liés à la mafia chinoise. Ils réclament la démission du chef de l’exécutif local et le retrait d’une réforme électorale qu’ils considèrent antidémocratique. Samedi, ils ont tendu la main aux autorités pour ouvrir de nouvelles discussions.

Cité par l’agence de presse Associated Press, Peter Mathieson, le président de l’université de Hong Kong, a exhorté les étudiants à quitter leur campement d’Admiralty, situé non loin des ministères, d’ici lundi : « Je formule cet appel du fond du cœur, car je pense vraiment que si vous restez là, votre sécurité est menacée. S’il vous plaît, quittez les lieux. »

De son côté, Le Quotidien du peuple, qui renseigne sur la position officielle du régime chinois, fustigeait dimanche dans son éditorial relayé par Le Monde, ce mouvement qui « attise les oppositions sociales, détruit les terrains d’entente entre les divers groupes de la société (hongkongaise), ce qui débouche sur un grave climat hostile ».vue des manifestants hong-kong

source : Mediapart

Hong Kong: la police procède à des arrestations, nouveaux heurts

Publié par Laisser un commentaire

Des heurts entre policiers, manifestants et habitants de Hong Kong se poursuivaient samedi, 24 heures après le basculement dans la violence de la « révolution des parapluies ». Durant la nuit de vendredi à samedi, alors que les heurts de la journée de vendredi auraient fait 12 blessés, la police a procédé à 19 arrestations, dont celles de 8 individus soupçonnés de liens avec la Triade, la mafia chinoise.

Depuis vendredi matin, des activistes pro-démocratie ont été pris à partie par des individus décrits par certains comme des « hommes de main »rémunérés par des habitants de l’île en colère. Ces derniers jugent que le mouvement étudiant met en péril l’économie locale. En une semaine, le mouvement contestataire s’est amplifié et a gagné de nouveaux quartiers, en particulier le quartier commerçant de Mongkok, situé face à l’île de Hong Kong, très fréquenté par les touristes chinois.

Ces « fauteurs de trouble » qui s’en sont pris vendredi à de nombreux manifestants, auraient des connexions avec la mafia chinoise, et auraient été rémunérés pour mener leurs attaques. Le Financial Times cite une proposition financière de base, fixée à 300 dollars (environ 30 dollars) hongkongais pour les agitateurs – avec un bonus si des destructions ont effectivement lieu.

Samedi, les forces de l’ordre tentaient de tenir les deux groupes à l’écart. Mais certains accusaient la police de ne pas intervenir suffisamment pour protéger les activistes pro-démocratie. Samedi matin, le nombre d’étudiants mobilisés dépassait largement celui de leurs assaillants, à Mongkok. À l’inverse, dans d’autres quartiers, le mouvement étudiant semblait s’essouffler.

Des témoignages concordants ont par ailleurs fait état d’agressions sexuelles à l’encontre d’étudiantes dans plusieurs endroits de la ville, d’ordinaire considérée comme très sûre.

Lire une première analyse à chaud du mouvement des parapluies sur le blog de Jean-Philippe Béja, dans le club de Mediapart.

source : Mediapart

Hong Kong : les pro-démocratie visés par des contre-manifestants

Publié par Laisser un commentaire

Dans plusieurs quartiers, des habitants s’en sont pris aux manifestants pro-démocratie et ont tenté de démonter leurs barricades.

Le mouvement pro-démocratie à Hong Kong semblait s’essouffler, vendredi 3 octobre, au lendemain de la conclusion d’un accord avec les autorités et alors qu’éclataient de nouveaux incidents entre manifestants et une partie des habitants de l’île.

Alors que, jeudi soir, les représentants des étudiants ont annoncé qu’ils acceptaient la proposition de dialogue faite quelques heures plus tôt par le gouvernement, une bonne partie des manifestants ont quitté durant la nuit les abords du siège du conseil législatif et de l’exécutif local qu’ils occupaient. Vendredi matin, seuls une centaine de manifestants restaient sur place.

Dans plusieurs zones de la ville, des militants pro-démocratie ont été pris à partie par des habitants les accusant de mettre en danger l’économie locale. À Mong Kok, quartier commerçant situé en face de l’île de Hong Kong et lieu de rassemblement du mouvement, une contre-manifestation s’en est prise à un groupe de 200 manifestants et a tenté de démonter les barricades installées. La police a dû intervenir pour séparer les deux groupes.

Des affrontements entre manifestants et contre-manifestants ont également eu lieu à Cause Bay, autre grand quartier commercial.

Des-dizaines-milliers-Hongkongais-manifeste-lundi-1er-juillet-lors-anniversaire-retrocession-colonie-britannique-Chine
Des-dizaines-milliers-Hongkongais-manifeste-lundi-1er-juillet-lors-anniversaire-retrocession-colonie-britannique-Chine

Le mouvement pro-démocratie doit également faire face à un durcissement de ton de la part des forces de l’ordre, qui menacent de plus en plus précisément de recourir à la force. Le week-end dernier déjà, les policiers avaient pour la première fois fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les rassemblements. Jeudi soir, les forces de l’ordre ont ostensiblement déchargé, sous les yeux des manifestants, des caisses de balles en caoutchouc. « Le gouvernement et la police appellent ceux qui sont rassemblés aux abords du quartier général de la police, du CGO et du CEO à ne plus bloquer leurs accès et à se disperser le plus pacifiquement possible », appelait un communiqué des autorités diffusé quelques heures après l’annonce de l’accord.

Les étudiants, à la pointe du mouvement, avaient lancé un ultimatum aux autorités en exigeant la démission avant jeudi minuit du chef de l’exécutif local, Leung Chun-ying, et l’ouverture de négociations en vue de l’organisation d’élections libres à Hong Kong en 2017. Sans surprise, le gouvernement avait rejeté ces demandes, tout en proposant aux étudiants l’ouverture d’un dialogue avec la secrétaire en chef de son gouvernement, une proposition acceptée par les représentants des manifestants.

Source : Mediapart
voir aussi La Croix