Publié par Laisser un commentaire

Baphûon (Angkor) tel qu’avant sa restauration

Baphuon_Angkor_Thom_16-08-2013

Baphûon subit différents éboulements en 1945. En 1961 les travaux de restauration furent entrepris par B.Ph. Groslier non encore achevés en 1970 qui finalement pris un énorme retard du fait de la guerre que subit le Cambodge jusqu’en 1985.

Il est construit en 1060, par Udayàdityavarman, de rite brahmanique (Civa).

Lire la suite…
Publié par Laisser un commentaire

Cambodge : 25 ans après les Accords de Paris

carte cambodge vietnam thaïlande
carte Cambodge Vietnam Thaïlande

Le Ministère cambodgien des Affaires étrangères et l’Ambassade de France à ont organisé conjointement une séance académique pour marquer le 25e anniversaire des Accords de Paris, signés le 23 octobre 1991. La tonalité de la majorité des interventions relevait des propos convenus sur le « succès » de ces Accords. Toutefois, le Ministre cambodgien lui-même a tenu à indiquer :

Lire la suite…
Publié par 4 commentaires

Jacques Vergés et le “génocide Cambodgien”

La mort Jacques Vergès, prévisible vu son grand âge, suscite ou va susciter les cris habituels sur les gens qu’il a choisi de défendre. Parmi ceux-ci Klaus Barbie, Khieu Samphan. Dans ces deux cas il eut raison de les défendre. Pourquoi ? Comme je dis succinctement dans un commentaire sur un billet de blog Mediapart : où placez-vous le curseur pour que quelqu’un soit jugé et exécuté sans avoir eu d’avocat pour le défendre devant une Cour de Justice ? A partir de combien de meurtres ? de combien de viols ? de combien d’Humains torturés ? Où placez-vous le curseur ? A partir de 10 ? A partir de 1000 ? Faut-il dans certains cas revenir à  la formule “pendez-les haut et court“? comme il était de coutume de le faire dans l’Ouest américain, comme certains adeptes de la peine de mort le veulent ? C’est pourquoi la Démocratie doit remercier de tels avocats qui ont dit “oui je vous défends, à  condition que vous plaidiez coupable“.

Lire la suite…
Publié par Laisser un commentaire

Vie et mort de Norodom Sihanouk (1922-2012)

Ce matin, en m’éveillant à , où je me trouve pour quelques semaines, j’apprends que celui que son peuple appelait dans les années soixante « Samdech euv » (monseigneur papa) est mort quelques heures plus tôt à Pékin, ce 15 octobre. Il aurait eu 90 ans le 31 octobre. Depuis 1993, il souffrait d’un cancer. Il effectuait de longs séjours dans la capitale chinoise pour y être soigné.

Lire la suite…