Pha Thai House à Chiang Mai : tous ses inconvénients

Publié par Laisser un commentaire

Voulant être plus au confort que dans les séjours précédents (prévoyant mon besoin de repos après les trois semaines de neige – oui de la neige dans le Centre les médias n’en n’ont pas parlé car c’est tous les ans, mais plus tard, et il y a tellement peu d’habitants – où tous les matins je me demandais si ma voiture voudrait démarrer, autant ne pas parler de l’état des routes le soir … et de l’activité importante que j’aurai en début de séjour pour effectuer mes achats à temps pour que le bateau me les amène fin mars), j’avais sélectionné de France une Guest house dans le routard d’un niveau moyen. Et ce fut la déception dont j’expose ici un aspect, le deuxième dans un autre billet. Mais avant je dois préciser que je suis très contente d’être en Thaïlande et d’avoir choisi d’arriver tout de suite à Chiang Mai.

  1. Bruits : cette guest house donne sur la rue (et non sur une soi, genre d’allée piétons), rien n’isole les 6 premières chambres de ce bruit infernal ; moteur à deux temps des tuk tuk, motobike, voitures, camions toute la journée ; ce trafic se calme la nuit. Manque de chance sur le terrain adjacent se construit un immense ensemble d’immeubles destinés à l’hôtellerie et donc les bruits de la rue s’additionnent aux bruits “joyeux” du chantier
  2. Service : que dire ? nullissime le matin. Il existe une pièce à moitié extérieure sur un jardin qui pourrait paraitre idéale pour prendre son petit déjeuner, malheureusement pour une raison que je n’ai pas éclaircie il manque du personnel si bien qu’on voit entre 30 et 60 personnes attendre quelqu’un apparaître pour passer la commande qu’on n’est pas sûr de voir arriver avant 1/2 heure et encore pas toujours… à part ça le café, le thé et les toasts sont excellents. Les heures de nettoyage de ma chambre étaient toujours à l’heure de la sieste (entre 2 et 4 heures de l’après-midi) d’où angoisse perpétuelle dois-je attendre ? ou dormir au risque de me faire réveiller ?
  3. Personnel : la rareté de celui-ci n’empêche pas qu’ils soient aimables, souriants, travailleurs… mais n’empêche ils sont rares.
  4. Chambres : je n’en ai vu qu’une, la mienne (mais les 6 voisines sont identiques normalement). La salle d’eau (qu’on appelle en Thaïlande bathroom pour une douche accrochée au mur) où se logeait difficilement un wc sur la gauche, un lavabo pile face à la porte ouverte qui fermée permettait d’accéder à la douche logée derrière dont le chauffe-eau (électrique comme partout Sud-Est Asiatique) ne chauffe que difficilement sauf à mettre le jet minimum… Dans la chambre le matelas en était très bon, les couvertures insuffisantes (la journée étant autour de 30/35 °, les nuits pouvant descendre à 20/22° on a froid, c’est un des charmes de Chiang Mai : on dort bien), une armoire, un petit meuble – joli – proche du lit faisait office de “table de nuit”, une petite table ronde, un fauteuil de bois. L’espace permettait de circuler entre tous ces éléments, pas plus. Pas de courant d’air possible pour l’aération de l’ensemble à moins de faire marcher le ventilateur à toute vitesse rideaux levés et porte ouverte.
  5. wifi : nul aussi, c’est lassant.
  6. décoration : bien sur tous les plans (meubles, tableaux, lampe, jardin de devant).

et donc le classement du routard est usurpé. Quant au public à suivre…

J’ai déménagé hier matin : plus simple, moins décorum, mais grande chambre, chauffe-eau qui chauffe, couverture polaire idéale : moins de décorum mais plus efficace et 300 bahts au lieu de 500… au fait la wifi ici fonctionne même dans la chambre et bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.