Publié par Laisser un commentaire

Perles de tapioca à la noix de coco fraiche

noix de coco sur la plage de Mui Ne

Le tapioca est une fécule, utilisée en cuisine, produite à partir des racines du manioc amer (toxique avant traitement) séchées puis traitées. Son goût est neutre. On l’utilise notamment comme épaississant pour les soupes et les desserts. Il est re-consommé en Occident car il ne contient pas de gluten.

Le tapioca ordinaire se présente sous forme de grains irréguliers d’environ 3 mm.

En thaïlandais “Perles de tapioca à la noix de coco fraiche” s’appelle : Sakoo Piag Maprao On

Ingrédients :

  • 20 gr de perles de tapioca
  • 1/4 cuillères à soupe de lait de coco
  • 3 cuillères à soupe de crème de noix de coco
  • 1 cuillère à café rase de sel
  • 1 cuillère à soupe de farine de maïs humidifiée
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 2 tasses d’eau
  • 3 morceaux de noix de coco fraiche

Préparation :

  1. Faire bouillir les perles de tapioca de 10 à 15 minutes. Rincer à l’eau froide et égoutter. Transvaser dans le bol de service.
  2. Chauffer le lait de coco mélangé avec le sucre en remuant à feu moyen environ 3 à 4 minutes. Ajouter la noix de coco fraiche et mélanger. Éteindre et verser sur les perles de tapioca.
  3. Chauffer la crème de coco à feu doux. Ajouter le sel et la farine de maïs humide. Continuer à remuer jusqu’à obtenir un pâte épaisse. Verser sur les perles de tapioca pour servir.

cuillere-tapioca humideEn Thaïlande, une entreprise utilise le tapioca pour produire des assiettes biodégradables. Le tapioca sert aussi de lubrifiant pour les moteurs de véhicules thaïlandais sous une forme redissoute.

Des perles de tapioca sont utilisées en Chine continentale, dans la confection de plats sucrés/salés pour le petit-déjeuner (sous forme de congee). On y ajoute parfois des colorants à des fins de commercialisation.

Mon rapport au tapioca est spécifique. Durant la 2de guerre mondiale (je suis née à Paris en 1941) jusqu’années 1950 les Parisiens n’avaient pas grand chose pour se nourrir (ni se chauffer) : on ne trouvait rien à manger malgré les heures passées dans les queues. Ce que ma mère trouvait souvent, provenant de nos colonies, était du TAPIOCA. J’en ai été dégoûté à vie… sauf que quand je vis du riz pour la première fois (envoyé par le frère de ma mère vivant en Italie) à partir de la fin de la guerre je le refusais et réclamais du tapioca !

noix de coco sur la plage de Mui Ne
noix de coco sur la plage de Mui Ne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.