Maison traditionnelle en Teck région Chiang Mai

Posted on Laisser un commentaire
maison traditionnelle, escalier

En janvier 2010 j’avais découvert et photographié sous tous les angles possibles une maison traditionnelle en teck. Je ne l’avais pas encore publié, je la publie donc avec beaucoup de retard, d’autant que ces maisons par manque d’entretien et risque d’incendie qu’elles comportent sont de plus en plus démolies. C’est donc une sorte de témoignage qu’y m’est cher que je vous propose ici.

C’était grâce à un chauffer de Songthaew

C’est ainsi que grâce à ces moyens de transport, (voir Wikipedia qui explique en anglais, photo à l’appui  ; un véhicule comportant 2 places à l’avant et de 6 à 8 places assises à l’arrière, l’avant et l’arrière ne communiquent pas) qui ont un circuit régulier identique chaque jour que j’ai découvert cette maison. En effet il leur arrive, quand ils manquent de passager, de les louer à la journée ou plus, ce qui leur donne une sorte d’assurance de revenu pour le temps choisi par le passager. C’était ce que j’avais fait pour quelques journées en 2010, c’était le début de mes achats pour commencer mon stock de boutique. Il m’avait permis d’avoir la sécurité d’un chauffeur : il venait me chercher chaque matin à ma Guest House, et me ramenait de même en fin de journée (vers 16h).

J’avais un excellent contact avec lui, même s’il ne parlait pas un mot d’anglais (si peu !) et moi de même pour le thaïlandais. Mais nous nous comprenions parfaitement bien : quoi de mieux pour communiquer que le regard, les gestes, les sourires, etc … ?

C’est ainsi qu’il me fit découvrir cette maison traditionnelle en teck

Nous voilà dans un environnement paisible et magnifique (tout à fait l’inverse de la ville et de la banlieue de Chiang Mai encombrée de véhicules très polluants) ! De plus y avons découvert un pousse-pousse ; nous n’avons pas utilisé ce pousse-pousse pour la démonstration, mais le sien qu’il sortit pour l’occasion une fois de retour de la banlieue de Chiang Mai, on le voit sur la dernière photo : il m’avait fait comprendre qu’il connaissait ce métier pour l’avoir exercé plus tôt dans sa vie, et ma sorte de dégoût de cette position genre “esclave” ne lui paraissait pas ainsi.

En fait j’ai découvert cette année (février 2018) au cours de mon séjour à Chiang Mai, que ces pousse-pousses redevaient à la mode et s’étaient multipliés, sans doute que cela plait aux touristes qui se promènent plus lentement, quant à la pollution ils n’en produisent aucune mais passager en prend en plein nez le maximum des pots d’échappement très polluant de la ville.

Voici les photos de la maison traditionnelle en teck, vous pouvez aussi ouvrir un diaporama en cliquant sur l’une d’elle :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.