Fabrication des ombrelles et des éventails à Chiang Mai

Fabrication des ombrelles

Après vous avoir présenté succinctement un magasin d’ombrelles je vais vous présenter maintenant comment les ombrelles sont fabriquées.

Le fabricant dont il s’agit fabrique aussi

Les bases sont les mêmes : papier, peintures, couleurs, bambou.

Les mêmes ouvrières

J’ai retrouvé les mêmes ouvriers à plusieurs années de distance depuis 2009. Des femmes sont les ouvrières. Quelles qualités ont les femmes, pourquoi des femmes ? je ne sais pas, mais on retrouve le même phénomène dans le monde entier. Quelques hommes plutôt dans la décoration, peinture.

Les matériaux des ombrelles

Les moyens employés sont basiques et traditionnels : pas de machines, pas d’appareil électrique, mais des chignoles, les mains surtout les mains. Les femmes toujours percent, collent, forment les baleines, collent le papier, l’enduisent de vernis pour sa tenue et sa durée dans le temps, le tout donc dans les traditions.

Pourquoi n’utilisent-elles pas l’électricité alors qu’il est partout en Thaïlande, c’est une question à laquelle j’hésite à répondre : moins de brutalité de l’instrument ? plus léger d’usage ? pas de cordon électrique ? plus facile à déplacer ? non pour garder l’artisanat dans sa tradition.

On voit les ombrelles dans les hangars ouverts (la température est entre 30° et 40° selon la saison) chacune à son stade de fabrication, dans des lieux couverts pour les ombrelles finies. (1)

_____________
(1) ce n’est plus valable en 2018 : tout a changé, et je n’ai pas été tentée de prendre quelque photo que ce soit !.

 

5 réflexions au sujet de “Fabrication des ombrelles et des éventails à Chiang Mai”

  1. Bonjour,
    Je suis étudiante en restauration et conservation d’œuvre d’art. Pour mon mémoire je restaure une ombrelle. Pour ma partie historique j’explique bien évidemment les étapes de la fabrication d’une ombrelle. Je voulais savoir si avec votre accord je pouvais utiliser vos photographies avec mention de votre site et de votre noms sous chacune d’entres elles afin d’illustrer mes propos.
    Je reste disponible pour autres informations ou autres conditions. Bien cordialement
    Teixeira Catherine

    Répondre
    • Bonjour,
      Votre demande m’est très agréable. C’est volontiers que j’y agrée. Si vous indiquez mon nom et l’adresse de mon site (céd la créatrice des photos) c’est sans problème. Pouvez-vous me donner plus d’infos sur le cadre dont vous parlez ? Nous pourrions poursuivre ce dialogue en privé si vous le voulez.

      Répondre
    • merci pour votre information.
      Pour ma part la dernière fois que j’y ai été, en janvier 2018, c’était un peu différent : je n’ai pas eu accès aux ateliers et ouvriers. Alors que d’année précédente en année suivante (durant plus de dix ans) depuis que j’y vais j’y retrouvais les mêmes ouvriers.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.