Émail dit « cloisonné » en Chine un vrai et un faux

Émail Cloisonné

L’émail cloisonné est une technique de fabrication de bijoux, de vases et autres objets de décoration en émail. Les produits par cette technique sont également appelés cloisonnés. C’est une tradition qui nous vient de la Chine, mais qui est aussi pratiquée depuis longtemps en France, et dans d’autres pays, mais la réputation est chinoise. Malheureusement la Chine produit aussi du faux cloisonné et les touristes et autres amateurs de puces et brocantes s’y font prendre !

(Cliquer sur une image pour voir défiler un diaporama … )

C’est ce que je vous démontre dans ce qui suit photos à l’appui de :

  1. un pot avec couvercle que j’ai acheté en Chine durant mon séjour en 1965, je le conserve précieusement chez moi.
  2. un vase rouge en la possession d’une de mes connaissances qui m’a demandée ce que j’en pensais, en fait content de cette acquisition (!) que j’ai aussitôt dissuadé et je lui est montré le pot bleu pour lui faire découvrir le vrai : il a aussitôt compris avec tristesse.

Les images montrent côte à côte un vrai cloisonné et un faux cloisonné

  • Le pot bleu est cloisonné en Chine en respectant la tradition de cet art : on voit les cloisons en métal entre lesquelles est coulé l’émail. Je l’ai acheté en Chine en 1965, avant qu’elle devienne l’usine à fabriquer du faux par millions comme celui qui suit.
  • Le vase rouge est aussi fabriqué en Chine mais il n’a aucune cloison, ni d’émail non plus d’ailleurs. C’est du métal coloré et peint coulé d’un seul bloc. (ce vase est passé par hasard entre mes mains, je ne l’ai plus, j’ai tellement sauté de surprise et informé son possesseur)
  • Il est difficile de le montrer nettement en photo : les cloisons du pot bleu ont un relief, au touché on le sent, on le voit aussi… tandis que le vase rouge n’a aucun relief il est totalement lisse.

Technique

Il s’agit de cerner le contour de motif à l’aide d’une mince bande métallique soudée sur le champ du métal. Les alvéoles ainsi obtenues sont remplies d’émail. Le tout est ensuite cuit et poncé.

Pour les objets en céramique, les cloisons délimitant le motif sont réalisées par le dépôt d’un filet d’engobe à l’aide d’une poire. Cette technique fut une spécialité des productions de Moorcroft au Royaume-Uni.

La technique de la Cuerda seca, utilisée dans la céramique andalouse du XIVe siècle, se servait d’une cordelette trempée dans un mélange de cire et de poudre de manganèse pour délimiter les motifs. Cette cloison brûlait à la cuisson.

Il existe des dérivés de cette technique. Le cloisonné dit « à jours » (ou « plique à jours ») en est un : les alvéoles sont collées sur un support en cuivre fin qui est ensuite dissous avec des acides. Il n’y a donc pas de fond et cela permet des effets de transparence. (certains détails repris de wikipedia)

3 réflexions au sujet de “Émail dit « cloisonné » en Chine un vrai et un faux”

  1. L’article sur les vrais et faux cloisonnés est mal documenté, les 2 vases présentés , le bleu et le rouge sont d’authentiques cloisonnés chinois !
    La seule différence entre
    Les 2 est que le bleu est plus ancien !
    Je collectionne les cloisonnés chinois depuis très longtemps et j’affirme que la personne qui a écrit cet article se trompe.

    Répondre

Laisser un commentaire