Cochon déguisé dans les rues de Bangkok Têt 01/17

Publié par Laisser un commentaire

Qu’elle ne fut pas la surprise des habitants de ce quartier populaire de Bangkok de découvrir en début de matinée ce cochon !

C’était le têt : l’année du cochon commençait !

C’est un quartier d’habitations modestes, de bureaux (ministères, école pour moines bouddhistes à côté de 3 temples et d’un chedi) et d’un grand marché alimentaire où viennent de loin les Bangkokiens pour se ravitailler.

Ce cochon était habillé et décoré : de grandes oreilles roses, une paire de lunettes jaunes, une selle sur laquelle est couché un singe en peluche bleue armée d’un colt. Un accompagnateur principal : un moine de l’école bouddhiste voisine.

Ce cochon complétement pacifique et d’un calme serein comme s’il avait toujours été ainsi habillé se promenait tranquillement allant chercher nourriture dans quelques sacs plastiques ou sceaux alentours.

Les habitants s’amusaient, curieux, aucun ne manifestaient d’étonnement qu’eut été celui qu’aurait manifesté des passants en Occident par des cris ou des provocations vis-à-vis de ce promeneur inattendu.

 

 

Baphûon (Angkor) tel qu’avant sa restauration

Publié par Laisser un commentaire

Baphuon_Angkor_Thom_16-08-2013Baphûon subit différents éboulements en 1945. En 1961 les travaux de restauration furent entrepris par B.Ph. Groslier non encore achevés en 1970 qui finalement pris un énorme retard du fait de la guerre que subit le Cambodge jusqu’en 1985.

Il est construit en 1060, par Udayàdityavarman, de rite brahmanique (Civa).

Le Baphûon, directement accolé à l’enceinte méridionale du Palais-Royal (1), a son gopura (2) extérieur. Il est sur le même axe que la Terrasse des Éléphants, qui est aussi celui de la tour centrale du Bayon.

Dans une enceinte de 425 m sur 125, le temple de 120 m sur 100. Sa masse, une des plus considérable, en eut fait le plus imposant s’il n’était inséré dans un espace si étroit.

Il a tant souffert de l’action de la nature et des destructions humaines qu’il n’était qu’une simple colline couverte de végétation.

C’est la première réalisation d’Angkor du type d’édifice à galeries de pierre concentriques avec tour centrale. Le temple lui-même est constitué par une haute pyramide à cinq gradins de grès qui, en plan, forme un rectangle et superpose des étages de hauteur non décroissante mais à peu près constante. La plateforme supérieure domine le sol de 24 mètres.

On distingue dans les bas-reliefs l’histoire de Ramayana avec des épisodes du Mahabharata.

Baphûon en 1961

baphuon-en 1961
baphuon-tour centrale
baphuon-vue aerienne-1961
Angkor-Glaize - livre

Baphûon rénové en 2012 et 2013

Baphuon en 2012

__________

(1) habituellement nommé Angkor Vat

(2) enceinte en forme de galerie couverte

Habiter sur le Mékong ou ses rives

Publié par Laisser un commentaire
bateaux du quotidien

41 photos pour voir les maisons où vivent les Vietnamiens sur le Mékong

J’ai pu photographier (en cachette) la vie quotidienne dans un village Cham plus particulièrement la cuisine au sol (ils font tout accroupis dans les rues aussi). Une habitante nous montre jusqu’où monte le Mékong dans les maisons durant les crues annuelles. Les Cham sont l’ethnie la plus ancienne du Vietnam dont le territoire était le centre du Vietnam et ils sont plus nombreux au Cambodge, le territoire s’appelle “Champa”, d’origine hindouiste ils se sont convertis à l’islam sous l’influence des marchands arabes avec lesquels ils commercèrent dès le 16è siècle.

Les animaux familiers qui vivent proches des humains comme dans une cour de ferme (avant qu’ils soient en batterie chez nous !) : poules, porcs (ils continuent de manger du porc qui est la viande la plus consommée en Asie de l’Est et du Sud-Est), les abeilles qui apportent le miel et pollinisent les plantes.

Les femmes sont celles qui rament pour aller et venir sur le fleuve. Car habiter signifie aussi se déplacer et le seul moyen de transport est sur l’eau : la barque à rames ou à moteur, les plus gros bateaux n’étaient pas en usage les années où j’ai parcouru le Vietnam (2007/2008/2009), la barque sert à faire ses courses, à visiter les voisins donc à tous les déplacements du quotidien.

Les habitations sont diverses : des maisons-bateaux qui flottent sur les rives du Mékong agrémentées de jardins fleuris, les habitations sur terre ferme qui vont de la simple cabane de bois souvent branlante ou plus solide, à la maison bâtie de pierres et de ciment agrémentée de peinture de couleurs comme les maisons sur l’eau.

À remarquer aussi les fils électriques dans des traversées du Mékong qui paraissent risquées (on trouve le même phénomène en Thaïlande).

Pour voir le diaporama

Travailler et commercer sur le Mékong

Publié par Laisser un commentaire
marché sur bateaux Mekong

42 photos pour voir comment on travaille sur le fleuve Mékong à cliquer pour voir un diaporama –

Le travail sur le Mékong est surtout d’ordre commercial, marchés principalement, mais aussi le séchage du poisson qui est l’ordinaire de la nourriture quotidienne, et aussi la fabrication des crêpes de riz, le transport des porcs par ferry, et l’épluchage des ananas pour les touristes (qui permet de gagner quelques dongs). Ces photos ont été prises en 2007/2008/2009, le Vietnam a certainement changé depuis.

Le Mékong est un fleuve d’Asie du Sud-Est, le dixième fleuve du monde et le quatrième d’Asie au plus grand débit (après le Yangzi Jiang, le Gange-Brahmapoutre et l’Ienisseï), celui-ci atteignant en moyenne 284 km3 d’eau par an. Les chiffres concernant sa longueur varient de 4 350 à 4 909 km, et son bassin versant draine 810 000 km21.

Prenant sa source dans le Qinghai (sur les hauteurs de l’Himalaya), le Mékong irrigue successivement la Chine (dans la province du Yunnan), borde le Laos à la frontière de la Birmanie puis de la Thaïlande avant de couler au Laos et de revenir à sa frontière, puis traverse le Cambodge où se forment les premiers bras de son delta, qui se prolonge dans le sud du Viêt Nam où il est appelé traditionnellement le « fleuve des neuf dragons » ou Sông Cửu Long.

Environ 70 millions d’habitants vivent directement dans son bassin versant. Il est notamment utilisé pour l’irrigation, comme réceptacle de systèmes de drainage et d’eaux usées, pour la pêche et la pisciculture, la production hydroélectrique (grâce aux barrages comme celui au Yunnan), le transport et la fourniture d’eau pour l’industrie et les particuliers. Il est également connu pour ses habitations et marchés flottants.

Une commission internationale2 – le Comité du Mékong (Mekong River Commission) créé en avril 1995 – est consacrée à une gestion transrégionale des conflits et problèmes liés au fleuve, dans une perspective affichée de développement durable3 signé par la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Viêt Nam. La Birmanie et la Chine n’ont de leur propre gré qu’un statut d’observateurs. Wikipedia

Projet d’envol vers la Thaïlande 2017

Publié par Laisser un commentaire
drapeau thaï avec éléphant

Projet d’envol vers la Thaïlande 2017

Information importante : j’ai réservé mon vol pour janvier 2017

Cette fois a été un peu plus complexe car il fallait d’abord que je trouve quelqu’un pour m’aider. Ayant atteint l’âge de 74 ans, 75 en décembre prochain, je n’ai plus la force physique que j’avais “avant”. J’ai commencé à m’en rendre compte plus particulièrement à mon dernier voyage d’octobre 2015.

Comme je procède aux achats par moi-même je dois porter les produits pour les rapporter dans ma chambre de Guest House à chaque achat et donc les transporter au bout de mes bras (mon dos ne supporte plus les sacs à dos) ; souvent je retourne chez les mêmes marchands plusieurs jours d’affilés juste pour échelonner le port des paquets sur plusieurs jours.

Je devais donc trouver de l’aide

Après divers contacts qui se révélèrent désastreux, j’ai enfin trouvé la personne idéale : Michel.

  • Michel ayant un projet de séjour plus long et surtout partant depuis le Luxembourg part le même jour mais revient quelques mois plus tard. Il sera mon “porteur”,

 

Protéger les coraux en Thaïlande : sites de plongée fermés

Publié par Laisser un commentaire
coraux poisson stortue

La Thaïlande a fermé une dizaine de ses sites de plongée, dans une tentative de limiter la détérioration de ses récifs coralliens, en partie liée à la surfréquentation touristique.

La Thaïlande paye le prix de son tourisme de masse, avec des millions de touristes étrangers débarquant chaque année sur ses plages de sable fin. Les sites de plongée y sont souvent très accessibles, même armés d’un seul masque et tuba.

“Les massifs coralliens sont affectés par des touristes inconscients… Ils touchent et marchent sur les coraux. Fermer ces sites aidera les récifs à se régénérer naturellement”, a expliqué jeudi à l’AFP Reungsak Theekasuk, directeur des Parcs nationaux de Thaïlande.

“Cela ne va pas trop affecter le tourisme, car c’est le début de la saison des pluies”, traditionnelle saison basse pour le tourisme en Thaïlande, qui bat son plein pendant l’hiver.

“Nous réévaluerons la situation avant le début de la saison haute” fin 2016, a-t-il assuré.coraux poisson stortue

Certains de ces récifs sont touchés par le blanchiment sur quelque 80% de leur surface, selon une récente étude commandée par les autorités thaïlandaises.

Les zones touchées par cette fermeture, annoncée mi-mai, sont notamment près des îles touristiques de Koh Phi Phi et Koh Lanta.

Les innombrables tour-opérateurs proposant leurs services aux touristes jettent souvent leurs ancres sur les massifs de coraux, contribuant à leur blanchiment. Et il est fréquent de voir leurs clients posant pour un selfie aquatique, debout sur des récifs coralliens.

Au-delà dans le Pacifique, la Grande barrière de corail australienne traverse le pire épisode de blanchissement de coraux jamais enregistré, avec plus de 90% de ses récifs ayant blnachi, selon une étude australienne publiée en avril 2016.

Ce phénomène de dépérissement se traduit par une décoloration des coraux. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau.

Outre le tourisme de masse, le phénomène El Niño est en cause, provoquant des hausses de températures dans le Pacifique.

AFP

Angkor Thom : Le Bayon 50 tours à 4 visages

Publié par Laisser un commentaire

Angkor Thom : Le Bayon 50 tours à 4 visages

11 photos – À moins d’un siècle de distance, le Bayon est l’antipode d’Angkor Vat : sa masse centrale est ramassée, dans une inextricable confusion de blocs amoncelés. De partout on peut voir ses cinquante tours à quatre visages.

Le Bayon est la traduction dans le monde des formes des spéculations d’âme d’un grand mystique, le roi bouddhiste Jayavarman VII. Les quatre visages de chaque tour regardant aux points cardinaux sont, tant qu’images du bodhisattva Lokeçvara, le signe de l’omniprésence. Leur multiplication devient la marque de la puissance du dieu roi s’étendant à l’ensemble du pays.

Par ailleurs, les tours à visages étaient des sanctuaires : de courtes description gravées sur les piédroits le prouvent, mentionnant un nombre imposant de divinités, tant brahamaniques que bouddhiques.

Deux galeries

Il est le seul temple qui possède deux galeries concentriques sculptées de bas-reliefs. Leur facture est assez frustre et souvent naïve, les bas-reliefs de ce temple, moins stylisées que ceux d’Angkor Vat, sont une source de documentation remarquable par le soin apporté à la représentation des moindres détails et les qualités d’observation dont ils témoignent : c’est à peu près la seule dont nous disposions pour nous faire une idée des mœurs et des conditions de vie de l’ancien Cambodge. Ils sont de type à registre superposés, le registre inférieur représentant pour le Khmers ignorants de lois de la perspective le premier plan, et le registre supérieur l’horizon.

Gopura

Quatre gopuras. Un gopura est une entrée dans les galeries successives. Celui par lequel on arrive par la terrasse orientale, est cruciforme, il fait partie de la troisième enceinte au milieu des piliers du gopura de troisième enceinte.

 

Retour de Thaïlande : les achats faits

Publié par Laisser un commentaire

Retour de Thaïlande : les achats faits

Avion_F-1_Favorit_Ryabtsev_2007
Un peu K.O. par les 2 jours d’avion, le décalage horaire de 7 heures (il faut un jour par heure de décalage pour se réadapter) et l’énorme différence de climat : 35° (en France 0° cette nuit) et la saison des pluies (qui tombe par seaux) en Thaïlande.

 des tas de nouveautés à venir

achats envoyés par la Poste thaïlandaise :

  • une partie par avion (3 semaines d’attente) : je les ai sélectionnés en fonction de ce qui peut plaire pour les cadeaux de fin d’année, ou pour les vêtements et bijoux qui sont choisis pour se vêtir durant ces fêtes.

la plus grosse partie des achats par bateau (3 mois d’attente).

Cette année mes choix se sont plus portés sur :

  • Bijoux fantaisies : boucles d’oreilles, colliers, bracelets, décoration pour les cheveux qui pour certains viennent d’Inde.
  • Tentures murales de différentes tailles et styles
  • Sarongs et batiks : les tissus qui sont enroulés à la taille dessins traditionnels
  • Sarouels : donc des pantalons “bouffants” dont certains viennent du Népal, et des jupes de couleurs vives
  • Foulards et écharpes : coton, soie, cachemire
  • Sacs en tissu brodé : des toutes les tailles depuis la bourse jusqu’au cabas fourre-tout, tous en coton
  • Encens traditionnel : celui que les Thaïlandais mettent sur les autels dans les temples ou chez eux ; et aussi des encens d’Inde (Champa) ou du Népal
  • Baguettes à riz : en bois clair et bois foncé
  • Oiseaux en céramique et enfants qui s’accrochent sur des fils ou peuvent être posés sur des meubles
  • …et d’autres choses encore.

En attendant paraitra quand même des nouveautés car j’ai en réserve quelques produits non encore publiés.

Chers clients : merci pour vos commandes durant mon absence ; j’avais prévu de les faire partir ce jour 13 octobre, il est possible qu’elles ne partent que demain 14 octobre, veuillez m’excuser pour ce léger retard.

Concernant les demandes particulières j’ai pu en satisfaire certaines et pas d’autres (je vous répondrai en particulier).

Préparatifs de mon voyage en Thaïlande d’octobre 2015

Publié par Un commentaire

Préparatifs de mon voyage en Thaïlande d’octobre 2015

Comme dit dans mon précédent billet je m’envole pour Bangkok le lundi 28 septembre, retour le lundi 12 octobre à demeure. Mon voyage pour l’aller se décompose en :

  • Taxi pour la gare
  • train 9:20 >>> 12/07 Aéroport CDG2 (gare TGV) ligne Air France
  • décollage de l’avion 23:20, escale Canton 16:55 > 19:50
  • ré-décollage de Canton 19:50 > Bangkok 22:00 ligne China Southern Airlines
  • taxi pour me conduire à ma Guest house à cet heure de nuit il ne devrait pas y avoir d’embouteillage.

Ma valise sera vite faite. Elle se prépare par la lessive faite depuis quelques jours, les médicaments achetés, des bricoles diverses… pour si peu de temps elle sera rapide à faire. Pas comme pour mes voyages de 6 mois dans différents pays qui me prend 1 semaine de préparation pour ne rien oublier et que ça tienne en 15 kg ! je pèse chaque objet quand j’ai le choix c’est le moins lourd que je choisis. J’hésite encore sur les livres à emporter (à part bien sûr les guides).

Besoin de temps en voyage

Repos le premier jour ! De toute façon je ne suis pas ce genre de touriste qui courre partout pour tout voir… j’ai besoin de temps. Celui de m’adapter et m’imprégner d’une culture différente de la mienne, revoir et apprécier mes hôtes, le confort de ma chambre, déballer tranquille mes affaires… Les touristes qui courent partout pour tout voir me donnent le tournis et de plus je suis persuadée qu’il ne leur restera pas grand chose de leur voyage sinon des photos en masse qu’ils auront du mal à identifier !

Ma conception du voyage est d’abord la culture des autochtones. Les rues, monuments, magasins ne viennent que bien derrière pour moi.

Est-ce que le personnel de la guest house a changé ? La cuisinière a pris sa retraite, la nouvelle n’était pas mal sera-ce la même ? Les serveurs et réceptionnistes sont tous des étudiants donc jamais les mêmes. Voici quelques photos :

Je vais aller dire bonjour aux voisins de la Guest house : le pharmacien (vieux : a-t-il pris sa retraite ?), les restaurants alentours ont-ils changé de propriétaire, de décor ou de menus ? le seven-eleven a-t-il de nouveaux vendeurs et produits ? les marchés d’alentours à cette saison vendent-ils les mêmes produits ? et voir les couleurs les fruits, les légumes, les poissons, les viandes, les odeurs… Comment est le temps ? il va pleuvoir puisque la saison des pluies n’est pas terminée : les habitants du bord du Chao Praya ont-ils les pieds dans l’eau jusqu’aux genoux ou pire cette année ? car Bangkok s’enfonce j’en vois la progression chaque année. Donc me promener tout alentour, revoir les quais du Klung voisin, les restaurants qui ouvrent le soir… etc… tellement de choses à voir et revoir.

Pas de liste d’achat : c’est selon ce que je croise

Je ne vais pas vous faire la liste de mes projets d’achat d’abord parce qu’ils sont adaptables et aussi parce que j’ai un besoin un peu élastique m’adaptant aux choix… Grosso modo : foulard de soie et/ou coton, bracelets, batiks en coton de toutes tailles, encens traditionnels qu’emploient les Thaï, des objets en paille en bois en bambou des bouddhas… bof… tellement d’objets possibles…

Départ et séjour pour achats en Thaïlande

Publié par Un commentaire

Après maintes hésitations en tout genres et tergiversations diverses j’ai finalement pris un billet d’avion pour la Thaïlande. Cette envie me trottait dans la tête déjà depuis plusieurs mois.(1)

Donc la dernière nuit d’insomnie (elles sont trop courantes à mon goût) vers 4 ou 5 heures du matin je me suis décidée. J’avais le mail hebdomadaire de Liligo depuis plusieurs mois pour surveiller les prix des billets d’avion ils oscillaient peu : entre 400 et 450 euros. En fait le mois d’octobre est idéal : les prix d’avion sont bas pour la Thaïlande et il y n’a que peu de touristes. La raison est que les touristes ont peur de la saison des pluies alors qu’en Thaïlande il ne s’agit que de 2 à 3heures par jour, et encore pas tous les jours, de grosses pluies… qui en fait font du bien. Suffit de ne pas oublier son parapluie, sinon ils en ont tout un tas à tous les prix et toutes les formes. L’avantage est que les températures ne s’envolent pas au-dessus de 30° ou si peu.

Habitant la province il faut que je fasse des acrobaties pour accorder au mieux les horaires des trains et des avions pour ne pas passer de nuit à Paris. Je l’ai fait mais je n’y vois aucun avantage sinon une fatigue supplémentaire sans compter les frais de nourriture et d’hôtel.

Mon autre exigence était sur la compagnie aérienne. Je ne voulais plus passer par la péninsule arabique car me fatigue les regards de hommes sur moi comme si j’étais une putain et les femmes emmitouflées de tissus noirs.

Et donc j’ai trouvé un avion chinois qui fait escale à Canton, Guangzhou, d’un max de 2 heures. Ça aussi c’est important.

J’ai réservé ma chambre d’hôtel à Bangkok. Je vais toujours à la même guest house et ceci depuis octobre 2007.

J’ai commencé à préparer mes listes d’achats. Il faut un support facile à manipuler au moment des choix pour vérifier si ce qu’on voit là et qui plait est vraiment nécessaire, si les prix d’achat rentrent dans le budget et surtout s’ils peuvent “ressortir” à un prix de vente attractif pour le client.

Il ne faut pas oublier que sur les prix d’achat viennent s’ajouter non seulement mon séjour, mais aussi les transports par Poste ou transporteur. Mes expériences de transporteurs sont mauvaises car d’un prix excessif. Par contre par poste je n’ai pas de soucis : rapide et en parfait état (pas comme depuis la Tunisie (1)).

J’ai le plan du grand marché où je vais aller le week-end : le choix est presque trop important. Mais surtout il faut faire plusieurs kilomètres à pied pour en parcourir les nombreux stands qui sont d’une immense diversité. On trouve tout : du pire au meilleur, du plus cher à l’économique… et des tas d’idées nouvelles auxquelles je n’aurais pas pensé.

Je n’irai pas dans le quartier chinois : aucun artisanat ne s’y trouve.

Par contre dans certains quartiers des petits marchés proposent de l’artisanat local…

à suivre…

——————-

(1) À la place j’ai été en Tunisie. Mal m’en a pris : les 2 tiers de la marchandise sont arrivés cassés, ou volés. J’ai téléphoné maintenant fois aux fournisseurs Tunisiens ils m’ont insultés… j’ai reçu des mails catastrophiques pour le moral. Ils ont choisi de faire un bénéfice 1 fois et de s’en foutre de la fidélité d’un client. Alors qu’ils se plaignent de manquer de clients ce qui était ma raison première d’avoir été chez eux. J’ai fait des réclamation à Colissimo ils envoient des imprimés absolument incompréhensifs et aucun numéro de téléphone pour des questions en direct. De plus il n’est pas prévu que l’on puisse s’envoyer des colis à soi-même depuis un pays étranger, le remboursement n’est prévu que pour l’envoyeur qui est moi mais alors ça ne compte pas. J’ai fini par laisser tomber.