Ho Chi Minh ville hiver en 2007

Publié par Laisser un commentaire
marche-couvert-beffroi-Ho-Chi-Minh ville

Ho Chi Minh ville en hiver 2007

27 photos – Ces photos ont valeur historique puisqu’elles ont été prise durant l’hiver 2007, Ho Chi Minh a changé depuis, comme toute l’Asie du Sud Est change plus et plus vite que les villes de France. Elles partent de “plus loin” et comptent aller “plus loin”.

pour voir des diaporamas il suffit de cliquer sur une photo

J’ai sélectionné ici les photos les plus caractéristiques de la ville de Ho Chi Minh et triées par sujets

1 – la ville avec ses jardins, son allée centrale de plusieurs kilomètres verte où chacun se promène, les immeubles minces et hauts, quelques Vietnamiens bavardant dans la rue, la circulation qui commençait à provoquer quelques embouteillages,

2 – le marché couvert avec son beffroi caractéristique, sa cour intérieur, l’intérieur débordait de marchandises de toutes sortes tant de nourriture que de vêtements

3 – le marché extérieur proposant des légumes et fruits, des poissons préparés (épicés, séchés), la viande découpée suspendue

4 – la religion représentée par un temple chinois dont j’ai oublié le nom et une vierge, la poste et la cathédrale construite en briques par les Français, l’intérieur d’une école,

Bonsaï : travail des Vietnamiens

Publié par Un commentaire
bonsai vietnamien en fleur

Découverte des Bonsaïs au Vietnam

En décembre 2008 à l’occasion de la fin d’année selon le calendrier occidental et non celui du calendrier vietnamien, j’ai pu admirer et prendre en photos le travail professionnel et/ d’amateur des Vietnamiens sur les Bonsaïs, en fait je ne sais s’ils ne font que les exposer ou les vendre ou encore font des concours : je crois tout ça à la fois !

Bonsaï et Penjing

C’est une grande tradition d’Asie venue de Chine reprise par le Japon. Mais chacun fait à sa façon. En Chine c’est le Penjing, au Japon c’est ce qu’on nomme communément en France “Bonsaï”, je n’ai jamais entendu dans la langue courante en France le mot Penjing il ne doit être employé que par les amateurs/professionnels.

Penjing qu’on peut traduire par “pot et paysage”, c’est un mélange des deux façons que vous allez découvrir en album photo ici, une manière proprement vietnamienne d’allier les deux.

Les pots sont la plupart du temps assez grands car les arbres qui y sont travaillés sont relativement “gros” et “grands”. Les ligatures faites par des fils de fer, des fils en plastique (ici rouge) et des fines cordes (sans doute du chanvre ?) prouvent que les Vietnamiens font preuve de grande patiente, tout comme dans la tradition chinoise – ce qui est moins le cas au Japon –

  • dans la tradition chinoise comme au Vietnam les arbres sont travaillés par les ligatures, et non par les tailles comme on le fait au Japon, c’est une alliance des deux traditions car je n’ai pas vraiment vu de paysage, par contre ils sont tous ligaturés et un peu taillés.

Personnellement n’ayant jamais fait de ni l’un ni l’autre de ma vie je ne sais ce qui demande plus de patiente ? un bonsaï ou un Penjing ?

Galerie photos des Bonsaïs par les Vietnamiens

Dans la galerie photos qui suit j’ai les tous nommé Bonsaï, pour la voir en galerie il vous suffit de cliquer sur une photo…

Têt à Saïgon : Orangers décorés et arbres en fleurs

Publié par Laisser un commentaire
dragon avec oranger

Le Têt à Saïgon

Quelques semaines avant le Têt des exposants de Ho Chi Minh (en fait Saïgon qui est le quartier central) proposent une grande variété de plantes. Les plus remarquables sont les bonsaïs (vu en détail dans un autre billet) et les orangers décorés de manières les plus imaginatives avec des oranges souvent énormes retenues par des aides.

Orangers décorés et arbres en fleurs

Pour nous qui vivons dans des climats tempérés nous restons éblouis par les choix de fleurs de toutes les sortes et couleurs qui poussent plutôt à partir du printemps chez nous, certes on peut voir des fleurs d’automne (chrysanthème), mais aussi des fleurs de plein été (tournesol).

Concernant les orangers il nous suffit d’aller dans le sud de l’Europe ou de traverser la méditerranée pour les voir sur les arbres car les oranges arrivent en fin d’hiver dans l’hémisphère nord.

Mais ce qui est remarquable ici c’est la grosseur des fruits énormes, et les décorations qu’ils mettent sur leurs orangers !

24 photos – en galerie pour voir un diaporama cliquer sur l’une

La censure au Vietnam est permanente (2009)

Publié par Laisser un commentaire

Censure de mon blog

Déjà l’année dernière j’ai fait la malencontreuse expérience de ne plus avoir accès à mon blog (1), même pas côté administration. J’ai réalisé arrivée au Cambodge que ce n’était pas du à la lenteur de connexion mais a des mots corruption à côte de Vietnam dans 2 titres. Je vous parlerai aussi de la corruption.

Aucun journaux ne parlent politique au Vietnam. On peut trouver Le Monde ou d’autres journaux étrangers, mais si jamais un article malencontreux sur le Vietnam est dans l’un alors il n’est plus sur les rayons. Les journaux vietnamiens en français ou anglais ne parlent que d’économie et de vie quotidienne : inflation, hausse des salaires, construction d’une école, sécurité sur les routes, etc… Aucune position politique n’affleure, même pas à l’extérieur d’ailleurs, on en sait plus sur la vie politique de la Chine, sans doute parce qu’elle a des relations extérieures diplomatiques et commerciales qui intéressent le monde entier.

Ne jamais parler politique

Parler politique entre soi, entre amis, ou dans la famille est considéré comme dangereux, aussi personne n’en parle. Je ne sais si ce sont les restes de la politique des années entre 1975 et 1990 qui reste ancrée dans les esprits ou si le danger d’être mis en prison ou en camp de redressement (existent-ils encore ? mystère !) reste réel.

Censure de la télévision

La chaine de télévision TV5 est accessible par le câble ou antenne râteau : tout le monde peut la visualiser au Vietnam. La conséquence est que la censure y sévit : un sein nu ? coupure de transmission 5 ou 10 minutes, un reportage sur le Vietnam déplait ? coupure durant toute sa durée 1 heure ou plus. Un jour un documentaire sur une tribu Indienne d’Amérique du sud ou les gens vivent normalement a peu prés nu : donc coupure, pas de reportage. L’antenne revient après comme si de rien n’était.

Une image d’une Vietnamienne en short dans un journal féminin vietnamien apparaissant, je demandais ce qu’il en était a un Vietnamien sur la pudeur du corps, c’est un vrai contraste dans les rues entre la Thaïlande et le Vietnam ou les femmes cachent jambes et haut des bras ; il me fut répondu que le gouvernement maintenant permettait le short.

Censure gouvernementale

Ce qui confirme que c’est bien le gouvernement qui régit aussi comment se vêtent les habitants, et pas seulement ce qui est visible a la télévision. Quand les Vietnamiens se plongent dans la mer ils sont en pantalon et tee-shirt, pas en maillot de bain.

______________

(1) depuis j’ai fermé ce blog, j’ai transféré les articles qui traitaient de mes voyages sur ce site de vente.

Musée de la Paix à Ho Chi Minh ville

Publié par Laisser un commentaire

Musée de la paix

Origine de la guerre au Viet Nam

Malgré de nombreux soulèvements nationalistes, les Français maintiennent leur contrôle sur le territoire vietnamien (depuis 1858) ; dans les années 1930, le Parti communiste indochinois, dirigé par Nguyen Aï Quoc, futur Hô Chi Minh, organise à son tour des insurrections, durement réprimées.

Les nationalistes vietnamiens modérés et l’empereur Bảo Đại tentent d’obtenir par la négociation une autonomie accrue, mais n’ont pas plus de succès. En 1945, le Japon, qui occupait l’Indochine française depuis 1940, démantèle l’appareil colonial français pour prendre le contrôle du territoire.

La reddition japonaise, quelques mois plus tard, permet au Việt Minh, front nationaliste dirigé par le Parti communiste de Hô Chi Minh, de prendre le pouvoir lors de la révolution d’Août.

Les Français ne parviennent que progressivement à reprendre le contrôle de l’Indochine ; Hô Chi Minh, dont le pouvoir est encore très fragile, tente la voie de la négociation, mais les pourparlers achoppent et, fin 1946, le conflit larvé débouche sur la guerre d’Indochine.

Les Français réorganisent le pays, unifiant les trois territoires au sein de l’État du Viêt Nam (Quốc gia Việt Nam/) dirigé par Bảo Đại ; le soutien de la Chine permet cependant au Việt Minh de prendre militairement l’avantage.

La défaite de Diên Biên Phu

Après leur défaite lors de la bataille de Diên Biên Phu (Chiến dịch Điện Biên Phủ/), les Français renoncent à poursuivre un conflit ingagnable sans le soutien des américains, encore affaibli par la guerre de Corée et, lors des accords de Genève de 1954, reconnaissent l’indépendance de la partie nord du pays.

Le Viêt Nam demeure cependant provisoirement divisé en deux, les communistes ayant le contrôle du Nord et le gouvernement de Bảo Đại celui du Sud. Ngô Đình Diệm, premier ministre du Sud, refuse le référendum prévu par les accords pour réunifier le pays et prend le pouvoir, évinçant Bảo Đại et proclamant la république. Deux États ennemis, la République démocratique du Viêt Nam au Nord (Việt Nam Dân chủ Cộng hòa) et la République du Viêt Nam au Sud (Việt Nam Cộng hòa/) se font désormais face, le Viêt Nam devenant l’un des fronts les plus chauds de la guerre froide.

Intervention des États-Unis

Les États-Unis, désireux d’endiguer la progression du communisme en Asie, se substituent aux Français comme protecteurs du Sud Viêt Nam et aident Diệm à combattre l’insurrection communiste. Mais l’autoritarisme croissant du président sud-vietnamien le rend de plus en plus impopulaire ; en 1963, avec l’assentiment des Américains, il est renversé lors d’un putsch.

Le Sud Viêt Nam demeure cependant très instable, et de plus en plus menacé par la guérilla du Front national de libération du Sud Viêt Nam (aussi appelé péjorativement Việt cộng par la République du Viêt Nam et ses alliés américains), soutenue par le Nord.

Les Américains soutiennent à bout de bras l’effort de guerre sud-vietnamien et, en 1964, la résolution du golfe du Tonkin donne au président des États-Unis carte blanche pour intervenir au Viêt Nam. L’intervention américaine, ravageant les infrastructures et l’environnement du Viêt Nam, échoue non seulement à mettre un terme à l’insurrection, mais étend le conflit armé au Laos et au Cambodge.

La guerre, à la fin des années 1960, est de plus en plus impopulaire en Occident et les États-Unis cherchent une porte de sortie. De longues négociations aboutissent, en 1973, aux accords de paix de Paris et au retrait américain.

Deux ans plus tard, le Nord Viêt Nam réalise son offensive finale contre le Sud ; le Viêt Nam, désormais entièrement sous contrôle communiste, est réunifié en 1976.

Wikipedia