Nouvel an chinois en Asie : Le Rat

Publié par Laisser un commentaire
Encens bâtons rouges inscrits pour fêter Songkran

L’année du Rat

L’année du Rat commence commence le 25 janvier 2020. Cette année correspond à l’an 4718 du calendrier traditionnel chinois. L’animal succède au signe du Cochon (ou : « Porc ») de Terre qui avait commencé le 5 février 2019, et il précède le Bœuf (ou : « Buffle ») de Métal qui débute le 12 février.

L’année du Rat est le 1er animal du cycle des 12 animaux du zodiaque chinois. Il succède au Cochon et précède le Bœuf.

Pour savoir si quelqu’un est du signe du Rat, il ne suffit pas de connaître son année de naissance, mais également le jour et le mois de l’anniversaire. En effet, le 1er jour du 1er mois du calendrier chinois dépend de la Lune et non du soleil : ce n’est pas un calendrier Grégorien. Ainsi, le 1er jour de l’an chinois change chaque année et tombe un jour différent de janvier ou de février.

Ganesh assis sur le rat
Ganesh assis sur le rat

Le Nouvel an chinois, le Rat, célébré en Asie et en France

en Asie

Le Nouvel An est célébré officiellement en Chine continentale (sept jours de congés) et à Taïwan (au moins cinq jours), à Hong Kong et Macao (trois jours), ainsi que dans certains pays asiatiques où l’influence de la culture chinoise est importante, ou ceux dont la population comprend une forte minorité de Chinois ethniques : Singapour et Malaisie (deux jours), Philippines (trois jours), Brunei et Indonésie (un jour), Thaïlande, Viêt Nam (fête du Têt, trois jours, avec un jour de décalage avec la Chine tous les 22 ou 23 ans pour compenser le décalage horaire entre Pékin et Hanoï), Corée du Sud (fête de 설날 Seollal, trois jours).

Les congés du Nouvel An, qui peuvent être prolongés par un week-end ou un pont, sont une période de migration intense, appelée Chunyun, car nombreux sont ceux qui s’efforcent de rejoindre leur famille, depuis l’étranger parfois : embouteillages sur les routes et encombrements dans les gares et les aéroports sont la règle.

Il est observé individuellement partout dans le monde par les membres de la diaspora chinoise, et parfois également par les Japonais (vieux premier mois 旧正月), les Hmong, les Mongols, les Tibétains, les Népalais et les Bhoutanais.

À Singapour, Stephanie Nolte montre comment entre 1965 et 1985, le gouvernement a donné une plus grande force à la fête de Noël, en « l’industrialisant », et en limitant les festivités de la fête traditionnelle, en raison de son caractère trop chinois.(wikipédia)

en France

A l’occasion du Nouvel an chinois 2020 placée sous le signe du Rat, la mairie de Paris 13 organise deux semaines de festivités entre le 20 janvier et le 2 février. Au programme: spectacles, expositions, conférence et table ronde. Tout au long des festivités, des lanternes, créées par des artisans de la province chinoise de Jiangsu, décoreront la Mairie. Les festivités cette année se termineront avec le grand défilé du Nouvel An le 2 février.

Depuis 11 ans, la Mairie du 13e organise une multitude d’événements dans le cadre du Nouvel An chinois (autrement connue comme la Fête du Printemps). Cela permet aux Parisiens de découvrir cette célébration typiquement asiatique qui est devenue l’un des événements culturels les plus importants de l’arrondissement. De plus, le défilé organisé à cette occasion est l’un des plus grands de la capitale. (Chine information)

Personnalité du Rat

Rat détecteur de mine en Afrique (Gambie)
Rat détecteur de mine en Afrique (Gambie)

Optimistes et énergiques, les personnes nées dans l’année du Rat semblent appréciées de tous. Elles sont sensibles aux émotions des autres, mais elles sont également têtues. Les Rats sont plutôt gentils, mais en raison de leur faible éloquence, leurs paroles peuvent paraître rudes.

Sur le plan financier, les Rats aiment épargner et peuvent être radins. Cependant, ils ont parallèlement tendance dépenser de l’argent pour des choses futiles.

Les hommes nés l’année du Rat sont intelligents et s’adaptent rapidement aux nouveaux environnements. Ils sont très créatifs pour tirer parti des opportunités. Cependant, ils manquent parfois de courage pour le faire.

Les femmes nées l’année du Rat sont les femmes traditionnelles. Elles aiment garder les choses organisées et accordent une grande valeur à la famille. Elles aiment tout prendre en charge à la maison. En dehors du foyer, elles sont aussi douées et ont le sens des responsabilités. (Chine information).

Dans ma boutique

vous pouvez trouver différents produits pour célébrer le nouvel an chinois :

50 pièces d'or pour jour de l'an chinois
50 pièces d’or pour jour de l’an chinois
Encens bâtons jaunes inscrits pour Songkran
Encens bâtons jaunes inscrits pour Songkran
Encens 60 bâtons en sachet pour Songkran
Encens 60 bâtons en sachet pour Songkran

 

 

 

Encens bâtons rouges inscrits pour fêter Songkran
Encens bâtons rouges inscrits pour fêter Songkran
Encens pour Yashodhara 3 gros bâtons rouge
Encens pour Yashodhara 3 gros bâtons rouge
rouleau nouvel an chinois
Poèmes en rouleau nouvel an chinois

Ho Chi Minh ville hiver en 2007

Publié par Laisser un commentaire
marche-couvert-beffroi-Ho-Chi-Minh ville

Ho Chi Minh ville en hiver 2007

27 photos – Ces photos ont valeur historique puisqu’elles ont été prise durant l’hiver 2007, Ho Chi Minh a changé depuis, comme toute l’Asie du Sud Est change plus et plus vite que les villes de France. Elles partent de “plus loin” et comptent aller “plus loin”.

pour voir des diaporamas il suffit de cliquer sur une photo

J’ai sélectionné ici les photos les plus caractéristiques de la ville de Ho Chi Minh et triées par sujets

1 – la ville avec ses jardins, son allée centrale de plusieurs kilomètres verte où chacun se promène, les immeubles minces et hauts, quelques Vietnamiens bavardant dans la rue, la circulation qui commençait à provoquer quelques embouteillages,

2 – le marché couvert avec son beffroi caractéristique, sa cour intérieur, l’intérieur débordait de marchandises de toutes sortes tant de nourriture que de vêtements

3 – le marché extérieur proposant des légumes et fruits, des poissons préparés (épicés, séchés), la viande découpée suspendue

4 – la religion représentée par un temple chinois dont j’ai oublié le nom et une vierge, la poste et la cathédrale construite en briques par les Français, l’intérieur d’une école,

Hué rivière des parfums tombeaux des empereurs

Publié par Laisser un commentaire
entrée tombeaux rivieres des parfums Hue

Hué : rivière des parfums tombeaux des empereurs

30 photos de la rivière des parfums à Hué – de la rivière des parfums ou la vallée des empereurs où on peut voir les tombeaux des empereurs, chacun ayant un style très différent, et une promenade en bateau sur cette rivière, le tout durant la saison des pluies ou mousson en novembre 2007. Plus tard dans cette même ville il y aura une inondation par débordement de la rivière.

Durant la promenade en bateau on a visité aussi un pagode souterraine.

La tradition impériale était que chaque empereur prépare son tombeau, on peut penser que l’Égypte faisait de même avec les pyramides, mais là c’est plus récent. Il construisait tout ce qui pouvait réjouir son âme après sa mort : des jardins, des arbres, des fleurs, une pagode, un pavillon comportant plusieurs pièces qui avaient chacune sa fonction.

Toutes les photos dates de novembre 2007 et sont souvent datées.

Pour voir un diaporama cliquer sur une photo

Bonsaï : travail des Vietnamiens

Publié par Un commentaire
bonsai vietnamien en fleur

Découverte des Bonsaïs au Vietnam

En décembre 2008 à l’occasion de la fin d’année selon le calendrier occidental et non celui du calendrier vietnamien, j’ai pu admirer et prendre en photos le travail professionnel et/ d’amateur des Vietnamiens sur les Bonsaïs, en fait je ne sais s’ils ne font que les exposer ou les vendre ou encore font des concours : je crois tout ça à la fois !

Bonsaï et Penjing

C’est une grande tradition d’Asie venue de Chine reprise par le Japon. Mais chacun fait à sa façon. En Chine c’est le Penjing, au Japon c’est ce qu’on nomme communément en France “Bonsaï”, je n’ai jamais entendu dans la langue courante en France le mot Penjing il ne doit être employé que par les amateurs/professionnels.

Penjing qu’on peut traduire par “pot et paysage”, c’est un mélange des deux façons que vous allez découvrir en album photo ici, une manière proprement vietnamienne d’allier les deux.

Les pots sont la plupart du temps assez grands car les arbres qui y sont travaillés sont relativement “gros” et “grands”. Les ligatures faites par des fils de fer, des fils en plastique (ici rouge) et des fines cordes (sans doute du chanvre ?) prouvent que les Vietnamiens font preuve de grande patiente, tout comme dans la tradition chinoise – ce qui est moins le cas au Japon –

  • dans la tradition chinoise comme au Vietnam les arbres sont travaillés par les ligatures, et non par les tailles comme on le fait au Japon, c’est une alliance des deux traditions car je n’ai pas vraiment vu de paysage, par contre ils sont tous ligaturés et un peu taillés.

Personnellement n’ayant jamais fait de ni l’un ni l’autre de ma vie je ne sais ce qui demande plus de patiente ? un bonsaï ou un Penjing ?

Galerie photos des Bonsaïs par les Vietnamiens

Dans la galerie photos qui suit j’ai les tous nommé Bonsaï, pour la voir en galerie il vous suffit de cliquer sur une photo…

Habiter sur le Mékong ou ses rives

Publié par Laisser un commentaire
bateaux du quotidien

41 photos pour voir les maisons où vivent les Vietnamiens sur le Mékong

J’ai pu photographier (en cachette) la vie quotidienne dans un village Cham plus particulièrement la cuisine au sol (ils font tout accroupis dans les rues aussi). Une habitante nous montre jusqu’où monte le Mékong dans les maisons durant les crues annuelles. Les Cham sont l’ethnie la plus ancienne du Vietnam dont le territoire était le centre du Vietnam et ils sont plus nombreux au Cambodge, le territoire s’appelle “Champa”, d’origine hindouiste ils se sont convertis à l’islam sous l’influence des marchands arabes avec lesquels ils commercèrent dès le 16è siècle.

Les animaux familiers qui vivent proches des humains comme dans une cour de ferme (avant qu’ils soient en batterie chez nous !) : poules, porcs (ils continuent de manger du porc qui est la viande la plus consommée en Asie de l’Est et du Sud-Est), les abeilles qui apportent le miel et pollinisent les plantes.

Les femmes sont celles qui rament pour aller et venir sur le fleuve. Car habiter signifie aussi se déplacer et le seul moyen de transport est sur l’eau : la barque à rames ou à moteur, les plus gros bateaux n’étaient pas en usage les années où j’ai parcouru le Vietnam (2007/2008/2009), la barque sert à faire ses courses, à visiter les voisins donc à tous les déplacements du quotidien.

Les habitations sont diverses : des maisons-bateaux qui flottent sur les rives du Mékong agrémentées de jardins fleuris, les habitations sur terre ferme qui vont de la simple cabane de bois souvent branlante ou plus solide, à la maison bâtie de pierres et de ciment agrémentée de peinture de couleurs comme les maisons sur l’eau.

À remarquer aussi les fils électriques dans des traversées du Mékong qui paraissent risquées (on trouve le même phénomène en Thaïlande).

Pour voir le diaporama

Travailler et commercer sur le Mékong

Publié par Laisser un commentaire
marché sur bateaux Mekong

42 photos pour voir comment on travaille sur le fleuve Mékong à cliquer pour voir un diaporama –

Le travail sur le Mékong est surtout d’ordre commercial, marchés principalement, mais aussi le séchage du poisson qui est l’ordinaire de la nourriture quotidienne, et aussi la fabrication des crêpes de riz, le transport des porcs par ferry, et l’épluchage des ananas pour les touristes (qui permet de gagner quelques dongs). Ces photos ont été prises en 2007/2008/2009, le Vietnam a certainement changé depuis.

Le Mékong est un fleuve d’Asie du Sud-Est, le dixième fleuve du monde et le quatrième d’Asie au plus grand débit (après le Yangzi Jiang, le Gange-Brahmapoutre et l’Ienisseï), celui-ci atteignant en moyenne 284 km3 d’eau par an. Les chiffres concernant sa longueur varient de 4 350 à 4 909 km, et son bassin versant draine 810 000 km21.

Prenant sa source dans le Qinghai (sur les hauteurs de l’Himalaya), le Mékong irrigue successivement la Chine (dans la province du Yunnan), borde le Laos à la frontière de la Birmanie puis de la Thaïlande avant de couler au Laos et de revenir à sa frontière, puis traverse le Cambodge où se forment les premiers bras de son delta, qui se prolonge dans le sud du Viêt Nam où il est appelé traditionnellement le « fleuve des neuf dragons » ou Sông Cửu Long.

Environ 70 millions d’habitants vivent directement dans son bassin versant. Il est notamment utilisé pour l’irrigation, comme réceptacle de systèmes de drainage et d’eaux usées, pour la pêche et la pisciculture, la production hydroélectrique (grâce aux barrages comme celui au Yunnan), le transport et la fourniture d’eau pour l’industrie et les particuliers. Il est également connu pour ses habitations et marchés flottants.

Une commission internationale2 – le Comité du Mékong (Mekong River Commission) créé en avril 1995 – est consacrée à une gestion transrégionale des conflits et problèmes liés au fleuve, dans une perspective affichée de développement durable3 signé par la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Viêt Nam. La Birmanie et la Chine n’ont de leur propre gré qu’un statut d’observateurs. Wikipedia

Des animaux en Asie

Publié par Laisser un commentaire
chats au marché de Bangkok

Des animaux en Asie

33 photos – J’ai côtoyé tout un tas d’animaux en Asie, en voici quelques exemples, souvent dans des situations qui nous sont inhabituelles :

  1. des chats qui prennent leur aise sur le marché de Bangkok,
  2. des anguilles partout sur les marchés, (j’avoue que j’ai du mal à les regarder)
  3. tout comme les poissons chats qui sont nourris par les Bangkoquois qui les considèrent comme une réincarnation
  4. des éléphants qui dessinent mais savent réclamer de l’argent et qui m’ont épouvantée : les humains sont prêts à tout pour gagner du fric en faisant même travailler des éléphants et les exposant… pauvres bêtes ; c’est une excursion que j’ai faite ; on nous demandait du fric tout le temps : pour les régimes de bananes, pour nous prendre en photos sur l’éléphant… je n’ai jamais cédé, moi sur l’éléphant a été prise par mon
  5. des singes partout au Cambodge,
  6. des chiens qui crèvent de faim,
  7. des poules et des coqs qui courent dans les champs et les cours des maisons de Bali
  8. des pies sur les bords de klungs à Bangkok
  9. des canards en bord de mer sur la plage à Mui Ne au Vietnam

voici la galerie de toutes sortes d’animaux (cliquer sur l’une pour ouvrir un diaporama)

Nong Khai au bord du Mékong

Publié par Laisser un commentaire
nong-khai-jardin-GH

Nong Khai est fait de contrastes

21 photos – ici je ne vous montre que son beau côté, le Mékong lent, des jardins de guest house magnifique de verdures et fleurs, et un mariage typiquement thaïlandais dont sa préparation. C’est là que sont les plus belles photos de guest house ; cette ville se situe le long du Mékong qui nous offre des couchers de soleil (très courts comme sur tous les Tropiques, pas comme chez nous où ils sont très longs) magnifiques se reflétant dans le fleuve ; la guest house où j’étais comportait un magnifique jardin remplit de fleurs, de personnages, et décorations diverses témoignant de la passion de la propriétaire pour son jardin. On peut aussi voir, toujours dans cette ville, une autre guest house prisée par les touristes mutmee. (cliquer sur une photo un diaporama s’ouvre)

Source wikipédia : Nong Khai (หนองคาย) est une ville de l’ Isaaan au Nord-Est de la Thaïlande. Située sur la rive sud du Mékong, elle est frontalière avec le Laos, accessible par le pont de l’amitié lao-thaïlandaise au-dessus du Mékong. Elle n’est distante que de 20km de la capitale du Laos, Vientiane

Elle est située sur la ligne de chemin de fer Bangkok-Vientiane (la voie traverse la frontière et a son terminus à Tha Nalaeng : elle devrait atteindre Vientiane dans les années à venir).

Têt à Saïgon : Orangers décorés et arbres en fleurs

Publié par Laisser un commentaire
dragon avec oranger

Le Têt à Saïgon

Quelques semaines avant le Têt des exposants de Ho Chi Minh (en fait Saïgon qui est le quartier central) proposent une grande variété de plantes. Les plus remarquables sont les bonsaïs (vu en détail dans un autre billet) et les orangers décorés de manières les plus imaginatives avec des oranges souvent énormes retenues par des aides.

Orangers décorés et arbres en fleurs

Pour nous qui vivons dans des climats tempérés nous restons éblouis par les choix de fleurs de toutes les sortes et couleurs qui poussent plutôt à partir du printemps chez nous, certes on peut voir des fleurs d’automne (chrysanthème), mais aussi des fleurs de plein été (tournesol).

Concernant les orangers il nous suffit d’aller dans le sud de l’Europe ou de traverser la méditerranée pour les voir sur les arbres car les oranges arrivent en fin d’hiver dans l’hémisphère nord.

Mais ce qui est remarquable ici c’est la grosseur des fruits énormes, et les décorations qu’ils mettent sur leurs orangers !

24 photos – en galerie pour voir un diaporama cliquer sur l’une

Les Français civilisés … qui voyagent

Publié par Laisser un commentaire

Ces Français qui savent tout

Ils vont ils viennent, ils sourient ou pas, mais quand ils causent parfois il faudrait mieux être sourd. Eux ils savent…tout…surtout des pays qu’ils ont traversé en 10 jours tel le Canada dont ils savent comment ils sont avec leurs Indiens…mais oublient comment ils traitent eux-mêmes leurs immigrés… tout tout tout de comment en 3 jours à Bangkok vivent les Thaïlandais. Eux ils savent et vont vous en apprendre sur les autres car ils savent tout sur tout… sauf sur eux et leur pays.

Ils critiquent les Indiens qui ne tiennent pas la porte devant les femmes mais oublient – ou n’ont jamais su – que chez nous en France pays de la civilisation – la bonne, la seule – où un Homme tient la porte aux dames… ces Hommes tuent leurs femmes – plusieurs par semaine – par des coups portés sur elles, que les salaires des Femmes – encore elles – ne gagnent quoiqu’on fasse que 70 % du salaire des Hommes à capacité égale ou même supérieure…

Mais si jamais vous leur faites remarquer que la France est aussi composé d’Humains avec des défauts – chacun les siens – des fois aussi – ou plus – insupportables que les autres Humains des autres continents… ils n’aiment pas… vous êtes de mauvaise foi… les Français… c’est bien connu sont supérieurs à tout autre être humain.

Les Anglais sont-ils ainsi ?

je ne sais, et les Brésiliens …qui sont aussi des Américains…que les Français ont du mal à réaliser que les Amériques sont 2 continents où tous les habitants sont des A mé ri cains, bon je sais on a tellement l’habitude de dire Américain pour les Étasuniens – mot plus facile à écrire qu’à dire d’ailleurs. Tout ça pour dire qu’il me semble que les Canadiens – Américains donc – franco en particulier sont un peu différents des Français qu’ils admirent tant on se demande pourquoi.

Pourquoi faut-il que je devienne misanthrope en vieillissant ? Pourquoi les Français sont-ils si insupportables ? Pourquoi pensent-ils toujours qu’ils sont supérieurs aux autres… que les autres ne sont pas civilisés… contrairement à eux Français qui savent ce dont ils parlent : eux sont civilisés et courtois avec les dames… qu’ils peuvent tuer à coups de pieds, de poings ou de pieds.

Réservations en tout genre pour mon voyage en Asie

Publié par Un commentaire

Ultimes réservations pour la préparation de mon voyage en Asie

les guides

  • : j’ai acheté cette année Thaïlande et Bali sur amazone, pour rafraichir mes infos (j’en avais plus depuis Avril 2008). Surtout j’ai besoin de trouver une GH confortable à Chiang Mai, et p’t une nouvelle à Ubud… à voir.

les visas

  • : mauvais début. Temps trop court pour les deux visas (Bali et Thaïlande). J’ai envoyé les papiers à actions-visas le lundi (lendemain de mes achats d’avion). Message sur mon répondeur… incompréhensibles… j’en n’ai pas dormi car j’avais cru comprendre que toutes les ambassades étaient fermées… ouf non, juste manque de temps pour les 2. J’ai du choisir entre Thaïlande et Bali ; j’ai choisi le visa Thaïlande car les flics de la frontière sont pas des joyeux drilles, je prendrai le visa de Bali à l’aéroport de Denpasar.

le change

  • : là j’ai flippé. Ma banque (La poste) demandait 3 semaines pour avoir des chèques voyages, oui au fait c’est la première fois que je prends des chèques voyages avant de partir, j’ai des achats à faire, le fric liquide sur moi en permanence en octobre j’ai un peu flippé, et les distributeurs ne sont pas toujours viables. J’ai pris le routard aux infos générales sur leur site et j’ai trouvé American Express : je n’y ai pas de compte et leurs agences sont à Paris ou Nice : mauvaise pioche. J’ai finalement trouvé national change a qui j’ai fait un virement, je dois recevoir les chèques en euros (pourquoi faire 2 changes € > $ > puis monnaie locale) par courrier sécurisé.

Guest house

  • : pioché dans le routard quelques adresses à Chiang Mai à qui j’ai envoyé des mails. Pour Chiang mai je crois que j’ai trouvé (500 bahts/jour, un peu cher, mais petit jardin – indispensable pour les rencontres- , restau, ils parleraient français, wifi), situé dans le centre (le carré) vers l’est où je vais aller principalement. Pour Bali je ne sais pas encore mais j’ai encore du temps.

Derniers préparatifs avant départ pour 70 jours en Asie

Publié par Laisser un commentaire

Je pars lundi matin, train à 8:47 pour Roissy, envol 15:10 (Egyptair Airbus A330, puis Boeing 777, je devrais comparer les avantages et défauts de chacun).

Les routes sont sérieusement enneigées ici. Ce matin pour faire mes dernières courses à 20 km de chez moi aucun dégagement ou sablage n’avait été fait. La météo ne prédit pas d’accalmie, alors je me demande si je pourrai faire bouger ma voiture lundi matin. Ces temps-ci elle démarre difficilement, après insistance elle finit pas péniblement “se réveiller” en émettant une fumée noirâtre. Après elle est bonne fille. Je la couvre d’une couverture sans conviction. La laine protège de l’échange entre chaleur et froid, mais entre froid et froid. Après les réservations il me restait :

  • banque, virements, paiements

    : j’ai veillé à ce que tout soit en ordre questions prélèvements pour ne pas me retrouver avec des huissiers en revenant,

  • médicaments

    : dernière visite à mon médecin, achat des médicaments habituels pour 3 mois et des prévoyants (aspirine – elle a des qualités que n’a pas le doliprane très à la mode ces temps-ci qui a aussi ses inconvénients oubliés ceux-là -, anti-diarrhéiques, trousse de secours avec des pansements, médicaments pour les trucs auxquels on est sensible qui peuvent arriver – moi c’est l’oreille interne -) ; déballage du tout, extraction du décompte de comprimés nécessaires pour 70 jours de leurs cartons, plaquettes attachées ensemble avec élastiques, 1 mode d’emploi pour chaque. Finalement le volumineux paquet délivré par le pharmacien devient peu de chose.

  • visas

    : j’ai flippé. Chronopost ne devrait pas être employé pour la campagne mais réservé à la ville, ils se perdent. J’ai téléphoné, puis surveillé l’acheminement et restée sagement chez moi jusqu’à réception vendredi. Là je me suis rendu compte que j’étais dans une extrême tension depuis la veille, tout mon corps s’est tout à coup détendu.

  • dernières courses ce matin

    : cette nuit j’ai réalisé que la différence de température est particulièrement importante entre ici (-6°) et Bangkok (+30°) ; mais je ne veux pas me trimballer un manteau 70 jours durant. Alors j’ai été m’acheter une doudoune courte, avec un polaire dessous ça suffira. Je mets dans mon bagage cabine un pantalon et tee-shirt pour change avant d’arriver. J’en ai profité pour envoyer les paiements des dernières factures et courriers.

  • voiture

    : en octobre je l’avais laissé sur un parking de la ville en prévenant les gendarmes (la loi interdit une voiture immobile plus de 7 jours). En octobre 2008/avril 2009 devant une gare… j’ai trop eu peur de ne pas la retrouver. Alors j’ai cherché et loué un parking souterrain pour 20 €/mois à l’année.

  • valises

    : depuis une semaine je pose dessus en vrac les petites choses importantes (boules quies, prises, chargeur, appareil photo, etc…) à quoi je pense à ne pas oublier. J’ai choisi les livres en fonction de leur bon rapport poids/quantité à lire. J’ai re-pesé la serviette la plus grande/légère. Cette après-midi j’ai fait la valise en étant plus sévère sur le choix des vêtements : on n’a pas besoin de grand chose en Asie sinon du change sur plusieurs jours le temps du lavage. Le tout a été vite fait. Maintenant elles sont prêtes et ouvertes pour recevoir le dernier oubli.

  • Taxi

    : j’ai fini par téléphoner au taxi pour le réserver. Je lui ai demandé son avis sur le temps du trajet, comment faire au cas où ma voiture à 20 km de notre rendez-vous ne démarre pas. On a convenu que j’essaye ma voiture à 6:15 pour qu’ils aient le temps de venir chez moi si. Et si tout colle on a rendez-vous devant le parking à 7:45.

Ouf tout est prêt j’ai plus qu’à attendre détendue maintenant.

Programme de mon voyage hiver 2010 en Asie

Publié par Un commentaire

Les achats de billets sont faits

Comme je n’ai toujours pas internet à ma boutique et trop épuisée le soir en rentrant j’ai du attendre un dimanche chez moi pour faire mes choix de réservations de vols.

Ce ne fut pas une petite affaire…déjà choisir où aller faire mes achats cette année. J’ai beaucoup hésité. Il faut bien dire que j’attendais les réactions des quelques clients qui se sont “aventurés” dans ma boutique pour décider. Les réactions sont tout à fait positives, même ils en veulent plus et plus, encore et encore… j’ai fait une liste de tout ce qui manque…

Aller directement à Chiang Mai

Alors j’ai décidé d’en plus de Chiang Mai (dans les villages artisans) où déjà j’étais sûre d’aller, de rajouter Bali. Il me fallait assez de temps dans chaque lieu en rajoutant Bangkok bien sûr, j’ai décidé de partir 10 semaines (4 semaines à Chiang Mai, 10 jours à Bangkok, 4 semaines à Bali, 4 jours à Bangkok). Le programme est le suivant :

  • lundi 11 janvier (je vous rappelle que nous avons 6 heures (en hiver) de décalage horaire avec Bangkok (PAR 0h > Bangkok +6h)
  • taxi à commander
  • train SNCF 8h47 qui m’amène jusqu’à Roissy directement à 11h31
  • envol vers Le Caire (c’est la première fois que je passe par Egyptair) à 15h10
  • première escale au Caire de 20h40 à 22h40 d’où je m’envole pour Bangkok arrivée 12h00
  • escale pour un changement (Airasia) vers Chiang Mai à 15h50 arrivée 17h00 (quel jour ? j’en sais rien mais faut que je trouve pour la réservation de la GH)

d’une traite donc entre chez moi et Chiang Mai ; c’est plus simple que de m’arrêter à Bangkok et de revenir quelques jours plus tard au même aéroport ; reste la guest house à trouver et réserver, plus confortable que celle que j’ai toujours fréquenté car les matelas y sont un peu durs, pour travailler j’ai besoin d’un peu plus de confort…

puis le mardi 9 février

  • Chiang Mai 12h30 arrivée Bangkok 13h40

réserver ma GH préférée où je resterai jusqu’au jeudi 18 février pour le plaisir et faire quelques achats

  • Bangkok 6h15 arrivée Bali 12h25 (+1h de Bangkok)

car j’ai choisi de retourner à Ubud – dans ma GH connue – 4 semaines

  • jeudi 18 mars : Bali 11h55 arrivée Bangkok 15h20

je reste quelques jours et revient en France

  • lundi 22 mars : Bangkok 00h50 > Le Caire 5h55, escale, Le Caire 9h50 > Paris 13h55

je prendrai le premier train que j’attraperai (le direct ne revient que vers 19h et je ne vais pas l’attendre !).

Maintenant reste à demander mes visas – ce que je n’ai jamais fait de France, donc je dois passer par un intermédiaire car les consulats ne font rien par courrier – et réserver mes GH en chaque lieu.

Nha Trang en 2009 plage mer par tous les temps

Publié par Laisser un commentaire

Nha Trang

J’ai vécu à Nha Trang 6 mois : d’octobre à mars 2008/09

C’était la deuxième fois que j’étais parti pour rester 6 mois en Asie du Sud-Est. La première fois j’avais fait des aller-retour Thaïlande (Bangkok, Chiang Mai), Cambodge (Angkor, Siem Reap, Phnom Penh), Vietnam (Hanoï, Da Lat, Hué, Mui Ne, Mékong).

Pour cette fois là j’avais décidé de rester 6 mois au Vietnam pour mieux connaitre les Vietnamiens, et j’avais choisi Nha Trang.

J’ai eu le contact souhaité avec les Vietnamiens. Par exemple j’ai rencontré des jeunes filles qui apprenaient le français dans le collège où j’avais proposé “mes services”.

J’ai aussi eu en compagne une Belge qui vivait avec un Vietnamien et qui elle resta plus longtemps que moi. J’en ai un souvenir nostalgique.

J’ai 24 photos à vous présenter, surtout la plage et la mer dans tous ses états ! J’habitais pas loin dans un hôtel modeste d’où la fenêtre proposait ceci en paysage :

vu depuis ma fenêtre d'hotel
vu depuis ma fenêtre d’hôtel

Voici le bâtiment que je suppose être une administration, il fait face à la plage, par temps de pluie :administration, il fait face à la plage, par temps de pluie

Nha Trang sa plage à toutes les heures

Nha Trang sa mer dans tous ses états !

La censure au Vietnam est permanente (2009)

Publié par Laisser un commentaire

Censure de mon blog

Déjà l’année dernière j’ai fait la malencontreuse expérience de ne plus avoir accès à mon blog (1), même pas côté administration. J’ai réalisé arrivée au Cambodge que ce n’était pas du à la lenteur de connexion mais a des mots corruption à côte de Vietnam dans 2 titres. Je vous parlerai aussi de la corruption.

Aucun journaux ne parlent politique au Vietnam. On peut trouver Le Monde ou d’autres journaux étrangers, mais si jamais un article malencontreux sur le Vietnam est dans l’un alors il n’est plus sur les rayons. Les journaux vietnamiens en français ou anglais ne parlent que d’économie et de vie quotidienne : inflation, hausse des salaires, construction d’une école, sécurité sur les routes, etc… Aucune position politique n’affleure, même pas à l’extérieur d’ailleurs, on en sait plus sur la vie politique de la Chine, sans doute parce qu’elle a des relations extérieures diplomatiques et commerciales qui intéressent le monde entier.

Ne jamais parler politique

Parler politique entre soi, entre amis, ou dans la famille est considéré comme dangereux, aussi personne n’en parle. Je ne sais si ce sont les restes de la politique des années entre 1975 et 1990 qui reste ancrée dans les esprits ou si le danger d’être mis en prison ou en camp de redressement (existent-ils encore ? mystère !) reste réel.

Censure de la télévision

La chaine de télévision TV5 est accessible par le câble ou antenne râteau : tout le monde peut la visualiser au Vietnam. La conséquence est que la censure y sévit : un sein nu ? coupure de transmission 5 ou 10 minutes, un reportage sur le Vietnam déplait ? coupure durant toute sa durée 1 heure ou plus. Un jour un documentaire sur une tribu Indienne d’Amérique du sud ou les gens vivent normalement a peu prés nu : donc coupure, pas de reportage. L’antenne revient après comme si de rien n’était.

Une image d’une Vietnamienne en short dans un journal féminin vietnamien apparaissant, je demandais ce qu’il en était a un Vietnamien sur la pudeur du corps, c’est un vrai contraste dans les rues entre la Thaïlande et le Vietnam ou les femmes cachent jambes et haut des bras ; il me fut répondu que le gouvernement maintenant permettait le short.

Censure gouvernementale

Ce qui confirme que c’est bien le gouvernement qui régit aussi comment se vêtent les habitants, et pas seulement ce qui est visible a la télévision. Quand les Vietnamiens se plongent dans la mer ils sont en pantalon et tee-shirt, pas en maillot de bain.

______________

(1) depuis j’ai fermé ce blog, j’ai transféré les articles qui traitaient de mes voyages sur ce site de vente.

Cartes d’Asie dont Asie du Sud-Est

Publié par Laisser un commentaire

4 cartes Pour s’orienter dans les pays dont il est question sur ce site c’est à dire cartes d’Asie, et cartes d’Asie du Sud Est

Je vous propose quelques cartes des pays dont il y est question. Il est en effet impératif de situer chaque pays dans l’environnement de l’ensemble des pays qui l’entoure ; voir toujours la planète avec la France au son centre (comme il est montré dans les atlas scolaires par exemple) est faux : chaque pays de la planète se situe lui-même plus ou moins au centre du monde : le sien ! Par exemple comment on voit la planète quand on met l’Asie au centre.

Cartes d’Asie

Carte d'Asie
Carte de l’Asie

Carte de l’Asie au Centre du monde

si on met le Vietnam au centre du monde

Carte le Vietnam au centre du monde
Carte le Vietnam au centre du monde
Carte Asie du Sud Est
Carte Asie du Sud Est ou ASE

Carte de Bali et des iles adjacentes

Je repars en Asie du Sud-Est pour 6 mois

Publié par Laisser un commentaire

Les soirées sont fraiches et les matins frisquets

il est temps de penser à partir. Chez vous il fait chaud ? pas chez moi car ma maison est des plus humides : le sol regorge d’eau, la maison baigne dedans ! Le sol transpire de cette eau jusqu’à des petites flaques parsemées ici et là, pas les moyens d’acheter un lino qui de toute façon serait vite troué par les aspérités des dalles à l’ancienne en grès qui parait-il font très “authentique” ce dont je me passerais volontiers ; les murs doivent aspirer cet eau : des pans entiers d’humidité et des champignons pas de ceux qu’on mange, mais de ceux qui donnent des allergies respiratoires… (1)

Je repars en Asie

Grâce à un échange téléphonique avec une amie connue à Bangkok l’hiver dernier, hier j’ai décidé : je repars en Asie. La page de compte que j’avais faite détaillée m’a été très utile (c’était un de ses buts) le doute s’évapore : la vie est incomparablement moins chère en Asie du Sud-Est (2) et pour un confort et une propreté dont finalement j’ai besoin, mauvaises habitudes d’Occidentale.

À la re-consultation des billets d’avion : les prix ont augmenté, normal. Pour l’instant pas un sous à engager, je dois attendre la rentrée de ma pension trimestrielle début octobre (3), je ne connaitrai donc les dates qu’à ce moment là, mais le sur est que c’est pour 6 mois, la date de retour dépendra donc de la date de départ.

Finalement à bien y regarder j’ai maintenant des connaissances sur place, des “qui reviennent”, des “qui y habitent”, j’y reviendrai.

J’ai fait la liste des abonnements divers à arrêter, mon amie a toujours les pouvoirs d’accès sur mes comptes bancaires, c’est vers elle que mon courrier va être redirigé, comme l’hiver dernier, de plus elle fait tout très bien, que ferais-je sans elle ?

Question bagage

j’ai acquis un sac à roulettes, solide j’espère celui-ci, les vêtements sont prêts ; penser aussi aux sauvegardes de photos, de documents à garder sur soi, à un peu de musique… et je ne sais quoi d’autre encore… sur place on a un accès courant à TV5 pour les infos principales (mais vu l’ambiance de la politique en France, peu d’intérêt), il faut que je fasse une provision de quelques livres de poche à lire sur place…

Quelques rappels de vaccinations à faire pour un moindre coût, une visite chez le généraliste pour faire le point, mais pas de paludisme en Asie donc pas de médocs à prendre tous les matins avec des effets secondaires ni à acheter pour un coût qui devient vide énorme.

S’occuper aussi des visas, le Vietnam permet un séjour plus long plus facilement, toutes les chances donc que ce soit là que je reste le plus longtemps, je vous tiendrai au courant jour par jour.

____________

(1) j’ai déménagé depuis, je suis maintenant en HLM locative avec jardin.

(2) sauf à Bali où tout est plus cher.

(3) ce n’est plus le cas, maintenant les pensions sont mensualisées je n’aurais pas pu faire ces mêmes investissements pour 6 mois maintenant.

Après mon voyage de 6 mois en Asie premières impressions

Publié par Laisser un commentaire

D’abord je ne sais plus taper sur un clavier azerty, et puis j’ai encore mon décalage de 5 heures.

Allez pour les choses sérieuses : j’ai été très bien accueillie par les gens de la Creuse que j’ai croisé, merci a tous.

C’est curieux l’Occident. Mon premier contact fut a Helsinki : dans le bus de transfert de l’aéroport ils faisaient tous la gueule. À Paris confirmation de cette même impression en rajoutant qu’ils étaient tous au bord de l’agressivité. Le premier fut la réception du Formule 1, engueulade. Il était environ 22:30 soit 3:30 du matin pour nous après 12 heures de vol, mais nous détendu et souriant, pauvre homme il doit détester faire son boulot. Pareil le lendemain matin un autre réceptionniste vers 6:00 du matin 11:00 pour moi impossible de dormir…

J’ai eu un taxi extra : Marocain qui a la double nationalité ainsi que ses enfants, ce fut un voyage de plus d’une heure, un échange très intéressant entre nous et souriant détendu, je l’ai remercié.

Et puis à la gare d’Austerlitz retour a l’agressivité générale, tous courant dans tous les sens, habillé en gris ou noir, faisant tous la gueule. Sauf dans le coin fumeur dehors (partout des salons fumeurs sauf en France : on est puni nah !) et là encore une charmante Marocaine… décidément les Français de souche.

Et donc dans le train enfin la campagne française : c’est beau chez nous ; traversée de plaines de blé vert, une merveille. Je suis rentrée pile a la saison qu’il faut, le début du printemps, c’est magnifique.

Et à la traversée de l’Indre : j’ai bien choisi mon lieu de vie, je ne pourrais plus supporter le stress et la mauvaise humeur des Parisiens, même si Paris est une très belle ville.

Fuite d’eau j’attends un plombier ce matin, je vis donc sans eau depuis mon arrivée, c’est pas vraiment pratique.

La maison (elle est très bien ma maison) humide et glacée, environ 8°. J’ai tout allumé ce qui produit du chaud, mais pas de bois, alors commande qui va pouvoir m’arriver demain, mais dépannage par mon paysan bien aimé pour quelques heures. Merci à lui.

Pas de télé : j’ai réactivée, sans succès pour l’instant, j’ai donc lu hier soir, comme en Asie…

Sourire de l’épicière et embrassades, intérêts pour mon voyage de ceux qui ont pris soin de ma voiture (gratis), j’ai promis d’aller leur raconter d’ici une semaine le temps que je me réadapte.

Je n’ai donc pas du tout ressenti ce qu’on me dit ici sur ce blog (partez, retournez à la ville) : Non, on est tous contents de se revoir.

Bénéfices d’un séjour d’oct 07 à mars 08 en ASE

Publié par Laisser un commentaire

Je vais mieux. Allais-je mal avant ? pas vraiment

J’avais envie d’appeler cet article : “A tous les déçus que j’aille bien et qui me fréquentaient parce qu’ils croyaient que j’allais mal, et n’ont jamais pensé que, simplement, j’ai toujours rebondi dans la vie comme un chat, et à ceux qui m’insultent par une jalousie mal appréciée !” mais c’était un peu long ! en plus court j’aurais aussi pu écrire : “leçons de vie

Au sortir de chez mon médecin hier j’avais envie de sauter de joie :

  • tension 12/8, avant 14/8 : le petit effet de l’âge sur la montée de la tension a disparue
  • perte de mes quelques kilos superflus (4 ou 5 kg)
  • suppression d’un tas de médicaments inutiles

Durant ce voyage non seulement je n’ai pas été malade de quoi que ce soit (je ne compte pas l’accident comme une maladie) mais en plus ma santé morale et physique s’est améliorée.

Physique

  • Je sens moins mon âge dans mes os et mes muscles. La petite perte de poids me redonne une souplesse disparue, monter dans mon grenier en escaladant les poudres tout en me pliant en deux ne me parait plus aussi insurmontable que l’hiver précédent ; j’ai réorganisé mes deux pièces en déplaçant les meubles sans trop d’effort, le résultat en est plus plaisant et surtout plus pratique ; la conséquence en est que passer l’aspirateur est moins difficile, pour une qui déteste faire le ménage, et puis disparition définitive des poils du chien !
  • Je me déplace plus facilement (à pied) – pas en promenade – dans les actes de la vie quotidienne, la perte de poids a repris un cercle vertueux.

Quand même un petit point négatif : revoir mon visage et mon corps dans le miroir familier n’est pas positif, les rides et les cheveux gris indiquent une prise en âge incontournable, le temps passe, et dans notre civilisation occidentale qui prône la jeunesse éternelle…pas comme en Asie où je bénéficiais de plus d’estime et de considération…

Moral

  • Le jour même de mon retour – jeudi 3 avril milieu de l’après-midi – j’ai sauté sur ce qui m’avait le plus manqué : travailler ; j’ai mis en vente le plus d’objets possible, sans faillir j’ai continué les jours suivants ; pour me renflouer en stock, j’ai chiné dans une brocante le dimanche 6. Mon agenda se remplit des prochaines dates des vides-greniers.
  • Le temps pluvieux et froid m’est pour ainsi dire indifférent puisque je n’ai pas derrière moi 6 mois d’hiver, plutôt le printemps et l’été devant, et je suis assez insensible à la dégringolade de 40° à 0°, sauf que je consomme du bois…
  • Mon ex-chienne, que j’ai donné avant de partir, non seulement ne me manque pas et même la disparition de la contrainte quotidienne de sa demande perpétuelle d’attention me soulage; j’ai acheté deux oiseaux Mandarins à la place…je ne sais ce qu’il en sera d’eux à ma prochaine absence, je verrai bien… ; mes plantes vertes d’intérieur sont mortes – évidemment – j’ai racheté quelques fleurs simples dont des cactées…on verra bien pour leur survie…
  • Surtout j’ai repris possession de mon “destin”, il ne me domine plus comme avant. J’ai pris conscience qu’à chaque âge et dans quelques situations économiques que ce soit – pourtant la vie me l’avait déjà appris – on peut garder la liberté de faire et d’être
  • Je n’ai qu’une envie repartir l’hiver prochain, reste maintenant à en trouver les modalités et surtout les pays et/ou continent, je ne sais s’ils seront les mêmes ou non un premier bilan a été fait là …

Truc Phuong femme de chambre : rencontre

Publié par Laisser un commentaire

Truc Phuong femme de chambre : rencontre

Le plus souvent le sourire aux lèvres, des belles dents légèrement irrégulières qui ajoutent à son charme, des yeux assez grands peu bridés, mince (peu de gros au Vietnam), moins d’un mètre soixante.

Elle fait ma chambre tous les matins. Au fil du temps son sourire se fit plus persistant en me croisant, je lui rendis volontiers. Finalement je crois que c’est elle qui m’adressa la première la parole avec son peu d’anglais. Puis un jour je la vis se percher sur un palmier… et m’en rapporter quelques feuilles arrachées où étaient accrochées des drôles de choses, le tout étant joli, que je touchais et qui bougea : c’était des cocons de papillons. J’en fus vivement touchée.

Puis elle vint s’asseoir a côte de moi parterre,

moi dans une chaise longue. On « bavarda » de choses et d’autres, elle avec ses dix mots d’anglais, dans ce cas le mime est très utile. Puis elle prit l’habitude de me surprendre par derrière, ce qui me faisait sauter, puis nous riions, et reprenions nos échanges.

Je lui demandais son âge : 19 ans.

Avait-elle un « boyfriend » ? : non.

Pensait-elle au mariage ? : non.

Quelles sont ses heures de travail : 6 H- 16 H,

déjeuner sur place à 11 h,

et retour a la maison en motobike.

Je n’osai jamais lui demander son salaire. Je lui dis mon âge, elle me fit un mime de peau du visage qui descend normalement à mon âge et que ce n’est pas mon cas.

Toujours j’étais entrain de lire, curieuse elle regardait. Un jour je lui montrais un titre qui contenait le mot “Chine”, elle comprit, dedans quelques photos de Chinois pauvres, des usines en démolition, elle s’attarda surtout sur celle qui montrait des femmes jeunes en usines.

Elle a douze chambres en responsabilité :

A 6 heures elle commence par arroser un peu le jardin le temps que les touristes se lèvent. Truc Phuong pose son chargement de draps et d’oreillers sur un banc. Elle change les draps et la serviette environ tous les deux jours, enlève le sable avec un petit balai vietnamien puis en passe un autre, humide. Elle met les draps et serviettes dans des machines, derrière l’hôtel, les fait tourner, puis étend le linge une fois sec.

C’est elle qui a aussi la responsabilité du sol du jardin en bambou devant l’ensemble des chambres d’environ 5 mètres de profondeur sur 50/100 m. Les arbres sont entretenus par un homme. Elle replante des pousses dans les endroits « usés », elle arrose une à deux fois par jour à l’aide d’un tuyau.

Tout ceci laisse pas mal de temps pour bavarder et rire avec ses collègues, ou une touriste, car je ne l’ai pas vu en faire autant avec d’autres.

Depuis quelques jours je faisais des calculs de pourcentage

relatif a son salaire supposé pour savoir quoi lui donner comme pourboire avant de partir. J’aurais préférer lui offrir une paire de boucles d’oreilles par exemple, car un objet ça se garde, rien de semblable ici.

Finalement ce matin, le dernier, je mis dans ma poche de short quelques Dongs. Hier elle m’avait dit qu’elle était triste que je parte. Puis la voila : on se dit « goodmornig, how are you », et elle me tend une petite poche plastic jaune qui contient deux photos : une d’elle et une autre où est écrit « I love you », au dos de sa photo plein de décors et de mots doux en anglais. Je suis très touchée, je ne m’y attendais pas. Je lui glisse l’argent dans la poche de son jean. J’ouvre ma valise à la recherche d’un objet pour elle, rien. Elle me répète qu’elle est triste que je parte. Je finis par avoir l’idée de lui proposer une photo d’identité de moi, que j’ai en réserve au cas… elle accepte et je lui écris mon prénom au dos.

Elle « m’explique » qu’elle peut, vu mon âge, m’appeler « Maman », ce qu’elle fait

C’est une tradition vietnamienne (peut-être chinoise aussi, en tout cas je ne l’ai pas vu en Thaïlande) qu’une personne jeune qui a de l’affection et du respect pour un/une “ancien/ne” l’appelle “Maman” ou “Papa”.

Elle sort chercher son ramasse-poussière, revient, sur la tête un vieux chapeau conique tout effiloche, c’est la première fois que je lui vois, d’habitude elle porte une casquette. Voyant son état je prends le mien tout neuf et lui donne, elle est contente et ne le quitte plus. Elle me demande de rester ici, je ne sais que lui répondre, finalement je lui explique que je veux voir tout le Vietnam, et que quand j’étais jeune j’étais contre la guerre et que j’ai vendu le Courrier du Vietnam sur les marchés de Paris…. et que j’ai vu Cu Chi et que je veux voir la DMZ à Hué, elle ajoute « et Haiphong ». Nous avons encore quelques heures, je vais essayer de la prendre en photo.

Deux années plus tard

Tout ceci s’est passé en hiver 2007 comme l’indiquent les photos.

Puis j’ai beaucoup pensé à mon séjour à Mui Ne et à Truc Phuong une fois rentrée en France. Quand j’ai pu retourner au Vietnam en 2009 j’avais projeté d’y retourner. Malheureusement l’hôtel n’existait plus et donc aucun moyen de retrouver Truc Phuong. Il m’arrive de repenser à elle et à Mui Ne avec nostalgie.

Truc Phuong femme de chambre
Truc Phuong femme de chambreTruc Phuong femme de chambreTruc Phuong femme de chambre